Passer au contenu principal

EnvironnementUnilever investit un milliard d’euros pour laver plus vert

Le géant anglo-néerlandais de l’hygiène et de l’agroalimentaire souhaite éliminer les combustibles fossiles présents dans ses produits d’entretien et de nettoyage d’ici 2030, a-t-il annoncé ce mercredi.

L’initiative annoncée mercredi participe au plan d’Unilever d’atteindre la neutralité carbone pour ses produits d’ici 2039.
L’initiative annoncée mercredi participe au plan d’Unilever d’atteindre la neutralité carbone pour ses produits d’ici 2039.
KEYSTONE

Unilever a annoncé mercredi qu’il comptait investir un milliard d’euros (environ 1,08 milliard de francs) pour «éliminer les combustibles fossiles présents dans ses produits d’entretien d’ici 2030».

Le groupe entend utiliser à la place du carbone «renouvelable ou recyclé» et verdir ainsi ses marques de lessive et de nettoyants pour la maison, entre autres.

«La plupart des produits d’entretien et de nettoyage actuels contiennent des substances chimiques fabriquées à partir de matières premières d’origine fossile, une source de carbone non renouvelable», souligne Unilever dans un communiqué.

Cette initiative participe au plan du groupe pour atteindre la neutralité carbone pour ses produits d’ici 2039.

«Clean Future»

À travers ce programme baptisé «Clean Future» (futur propre), Unilever veut notamment «financer la recherche biotechnologique (…), l’exploitation des déchets ainsi que la chimie à faible teneur en carbone» pour créer des «produits biodégradables et économes en eau, réduire de moitié l’utilisation de plastique à usage unique d’ici 2025».

Le groupe a vu ses ventes baisser en début d’année mais ce déclin a été limité par une hausse de la demande de produits d’hygiène et d’entretien face à la pandémie de Covid-19.

«C’est une bonne chose qu’Unilever s’engage à réduire sa dépendance aux carburants fossiles qui sont un désastre pour la planète», a commenté l’association écologiste Greenpeace.

«Toutefois, si le groupe est sérieux face au combat contre le changement climatique, il doit aller au-delà de la division par deux d’ici 2025 de l’utilisation de plastique neuf et investir dans les (matériaux) renouvelables à travers toutes leurs activités» et «promettre d’arrêter d’utiliser du plastique à usage unique», a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Publicités suspendues

Outre cette offensive pour verdir sa réputation, Unilever a annoncé ces derniers mois qu’il allait mettre un terme à ses publicités sur Facebook, Twitter et Instagram aux États-Unis jusqu’à la fin de cette année au moins, reprochant aux géants des réseaux sociaux de ne pas assez lutter contre la haine en ligne.

Dans la foulée des manifestations antiracistes autour du mouvement Black Lives Matter, la multinationale avait aussi déclaré qu’elle allait rebaptiser ses produits de beauté comportant les mots «fair», «light» (clair) et «white» (blanc).

AFP/NXP