Passer au contenu principal

EspagneUne ville de 32’000 habitants reconfinée pour deux semaines

Après un nouveau pic de contaminations, une localité espagnole se confine, plus d’un mois et demi après le déconfinement total au niveau national.

Aranda de Duero, 7 août 2020.
Aranda de Duero, 7 août 2020.
AFP
Aranda de Duero, 7 août 2020.
Aranda de Duero, 7 août 2020.
AFP
Aranda de Duero, 7 août 2020.
Aranda de Duero, 7 août 2020.
AFP
1 / 3

Les 32’000 habitants d'Aranda de Duero, à 150 km au nord de Madrid, ont entamé ce vendredi un confinement de 14 jours, une des quarantaines locales qui se succèdent en Espagne pour tenter de limiter la contagion du nouveau coronavirus.

Un mois et demi après le déconfinement total de l'Espagne, Aranda de Duero dans la région de Castille-Leon, connue pour ses vignobles, renoue avec la limitation des déplacements au minimum et l'interdiction d'entrer ou de sortir de la localité.

D'autres quarantaines locales ont déjà été imposées notamment au Pays Basque, en Catalogne et en Aragón. L'Espagne, un des pays les plus frappés par la pandémie, a dénombré à ce jour 310’000 cas et 28’500 décès.

Des contrôles de police ont été installés aux abords de la ville, qui restera sous cloche pendant au moins deux semaines, a constaté un photographe de l'AFP. Les forces de l'ordre contrôlent les identités des personnes qui souhaitent se rendre à Aranda de Duero, et empêchent quiconque d'en sortir, sauf raison valable.

Quelques camions de marchandise sont parvenus à rentrer dans la ville, précise toutefois ce photographe.

«Tout est très tranquille, on a un peu peur bien sûr. Certains magasins sont fermés mais finalement ça ressemble presque à une journée normale. On voit bien qu'on a un petit coup au moral parce qu'on ne sait pas ce qu'il va se passer», a déclaré à l'AFP Maria José Fernandez, une vendeuse de vêtements de 27 ans, jointe par téléphone.

Pas de 2e vague nationale

Malgré une augmentation notable des cas de Covid-19 avec 19’405 nouveaux cas ces sept derniers jours, le ministère espagnol de la Santé a assuré jeudi que l'Espagne ne faisait pas face à une seconde vague de l'épidémie.

Les régions les plus touchées sont la Catalogne (nord-est), avec plus de 5100 cas diagnostiqués cette dernière semaine, et l'Aragon voisin, avec 4100 cas. Mais cette dernière région est la plus préoccupante avec le plus fort taux de cas du pays, 312 pour 100’000 habitants.

Ces confinements locaux recouvrent des réalités différentes selon les endroits: Barcelone a par exemple invité ses habitants à ne pas sortir de chez eux, tandis que la ville d'Aranda de Duero est soumise à un strict contrôle policier.

L'Espagne entière avait vécu un confinement strict de la mi-mars au 21 juin, mais le gouvernement écarte la possibilité de recourir de nouveau à cet état d'exception.

AFP/NXP