Passer au contenu principal

Encre bleueUne rentrée masquée

Des élèves portant un masque se désinfectent les mains à l’entrée du bâtiment du Gymnase de Chamblandes le jour du retour des élèves lors de la pandémie de Coronavirus (Covid-19) en juin 2020 à Pully.
Des élèves portant un masque se désinfectent les mains à l’entrée du bâtiment du Gymnase de Chamblandes le jour du retour des élèves lors de la pandémie de Coronavirus (Covid-19) en juin 2020 à Pully.
KEYSTONE

Les cartables des écoliers sont prêts pour lundi, avec la trousse, les basanes, le tablier pour les travaux manuels… et les masques, pour les élèves du postobligatoire. Des masques en tissu, cousus main, ou des chirurgicaux. Toujours utile, pour les opérations… Drôle de rentrée, pas vrai?

Déjà qu’il n’y a pas le cirque Knie à Plainpalais… Mais bon, je ne vais pas en refaire une tartine. Des dizaines de milliers d’élèves et d’enseignants s’apprêtent donc à reprendre le chemin de l’école. Ce sera la première rentrée masquée, après des vacances marquées par des tas de restrictions. Et la perte de la fameuse insouciance estivale.

Comment s’aérer les neurones, et le reste, quand planent sur nos têtes menaces sanitaires et économiques? En les traitant avec le plus parfait mépris? Pas dit que ça suffise. On peut tout au plus faire semblant de les oublier en participant à la grande fête d’avant la rentrée destinée aux familles et qui aura lieu dimanche sur la jetée des Bains des Pâquis. Il y aura là une vingtaine de jeux géants, des concours de ricochets et de châteaux de sable, des animations musicales et de grands ploufs. On pourra aussi se faire tirer le portrait par un photographe à l’ancienne, histoire de garder un souvenir argentique de cet été mémorable.

Pendant que la jetée de la Rive droite s’amuse, la jeune plage de la Rive gauche accueille ses premiers baigneurs, venus renforcer ceux de Genève-Plage et du nouvel anneau de bois. Ça fait du monde!
Car au centre de toutes ces attentions, il y a l’eau vive. Celle du lac, puis du Rhône. Un élément dans lequel on évolue à visage découvert. Profitons-en pendant qu’il en est encore temps. Avant que n’arrivent de nouvelles directives sanitaires. Ou les premiers frimas…