Passer au contenu principal

AccidentUne passante harponnée par un hameçon de pêche

Traversant le pont de la Coulouvrenière, une dame s’est fait accrocher le pouce par l’hameçon d’un pêcheur en contrebas.

Alors qu’elle traversait le pont de la Coulouvrenière, une passante s’est fait accrocher le pouce par l’hameçon d’un pêcheur situé plusieurs mètres plus bas, sur la promenade des Lavandières.
Alors qu’elle traversait le pont de la Coulouvrenière, une passante s’est fait accrocher le pouce par l’hameçon d’un pêcheur situé plusieurs mètres plus bas, sur la promenade des Lavandières.
DR

Ce n’est sûrement pas le genre de prise que ce pêcheur espérait faire. Samedi, vers 15 heures, une passante qui traversait le pont de la Coulouvrenière en direction du parc de Saint-Jean s’est fait harponner le pouce par l’hameçon d’un amateur de pêche à la ligne situé en contrebas, sur la promenade des Lavandières.

«Je marchais sur le pont quand j’ai senti quelque chose m’attraper la main très fort, raconte Anna*. Je ne voyais pas bien ce que c’était, quelque chose de très coloré. J’ai cru que c’était un gros insecte.» En fait, il s’agissait d’un leurre utilisé pour la pêche. «J’ai hurlé, poursuit la victime, et le pêcheur a levé les mains au ciel. L’hameçon était bien enfoncé dans la chair de mon pouce. L’homme a lâché sa canne et est monté sur le pont. Il a coupé le fil puis a essayé d’enlever l’hameçon.» Mais celui-ci, muni d’un ardillon, est difficile à extraire et chaque tentative s’avère douloureuse pour Anna. Elle lui demande donc de cesser, puis appelle la police. «Le pêcheur proposait de m’emmener aux Urgences et de payer lui-même la facture. Mais j’ai une assurance accidents, je n’ai pas besoin de ça. Personnellement, je suis contre la pêche et j’étais très en colère. Je trouve inacceptable qu’une telle chose puisse arriver dans un lieu public.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.