Passer au contenu principal

SolutionUne nouvelle génération de batteries

Des chercheurs de l’Université de Genève ont fait une découverte permettant une avancée concrète dans la fabrication de piles au sodium, plus propres que celles au lithium.

Les trois chercheurs de l’Uni (Fabrizio Murgia, Matteo Brighi, Radovan Cerny) ayant découvert comment fabriquer des batteries plus écologiques et socialement acceptables.
Les trois chercheurs de l’Uni (Fabrizio Murgia, Matteo Brighi, Radovan Cerny) ayant découvert comment fabriquer des batteries plus écologiques et socialement acceptables.
Lucien Fortunati

Depuis que l’homme a apprivoisé la fée Électricité, il a cherché des solutions pour stocker cette énergie évanescente. De la pile de Volta, inventée en 1800, au lithium, on n’a cessé de faire des progrès avec des batteries toujours plus petites, plus légères, plus puissantes. Aujourd’hui, le défi est de les rendre plus propres. Ainsi, une nouvelle génération d’accumulateurs, la pile à sodium, est en train de voir le jour et une découverte genevoise, publiée dans la revue «Cell Reports Physical Science» permet une avancée concrète dans ce domaine.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.