Passer au contenu principal

FootballUne joie teintée de prudence chez les clubs romands

Deux prêts à hauteur de 100 millions chacun seront accordés par la Confédération aux vingt clubs de la Swiss Football League. À certaines conditions toutefois.

Kasami et son FC Sion retrouveront-ils les Xamaxiens face à eux dès le mois prochain?
Kasami et son FC Sion retrouveront-ils les Xamaxiens face à eux dès le mois prochain?
KEYSTONE

Le sport professionnel, et notamment le football, a été au centre de l’attention lors de la conférence de presse du Conseil fédéral, ce mercredi. Après de longues négociations avec les hauts dirigeants de la Swiss Football League, Viola Amherd, la cheffe du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports, a annoncé que deux prêts, à hauteur de 100 millions chacun, seront accordés aux vingt clubs qui composent la SFL. «Le Conseil fédéral, a-t-elle ajouté, ne veut pas mettre à disposition des crédits à fonds perdu pour le sport professionnel, car il estime que les ligues professionnelles ont les moyens de rembourser à terme, à l'inverse du sport amateur.»

«Il faudra faire très attention à ce que ces prêts ne se transforment pas en problèmes pour les clubs»

Jeff Collet, président de Neuchâtel Xamax

Une différence de traitement à laquelle Claudius Schaefer n’a pu que se soumettre. «Dans un premier temps, nous avons bien tenté d’avoir, comme le sport de masse, de l’argent à fonds perdu pour nos clubs mais on s’est très vite aperçu que ces efforts resteraient vains, assure le CEO de la SFL. Je crois que nous avons obtenu le maximum.»

Une impression positive que partage Christian Constantin. «Toute aide nous fait forcément du bien, souligne le président du FC Sion. Maintenant, il s’agit d’étudier les détails de l’application de ce prêt. Car un prêt demeure un prêt. Qu’on emprunte à la Confédération ou à un particulier, il faut bien rembourser.» «Ces annonces sont globalement positives, confirme Jeff Collet, le boss de Xamax, car pour certains clubs aujourd’hui en grandes difficultés, cette aide sera très précieuse. Maintenant, il est évident que j’aurais préféré que cet argent soit donné à fonds perdu et non pas remboursable. Il faudra donc faire très attention à ce que ces prêts ne se transforment pas en problèmes pour les clubs.»

Une prudence que partage Stefan Nellen. «De nombreux points doivent encore être précisés et affinés, assure le vice-président du LS. En ce qui concerne notre club, je pense qu’il y aura une bonne réflexion interne avant de nous décider s’il est vraiment indispensable pour nous d’emprunter ou pas de l’argent. Il faut donc aujourd’hui d’abord faire preuve de beaucoup de prudence.» Une attitude que prône résolument le Servette FC. «C’est a priori une bonne nouvelle, murmure Loïc Lüscher, responsable communication du club. Nous allons maintenant étudier de plus près ces annonces avant de nous prononcer plus en détail.»

Un prêt assorti de conditions

Ce qui n’est en revanche pas un détail, c’est l’une des conditions exigées par le CF pour bénéficier de cet argent public. Les clubs qui recourront à un emprunt se devront en effet de baisser de 20% leur masse salariale dans les trois ans. «Cette exigence poserait plus de soucis aux clubs qui essayent de se faire une petite place sur la scène européenne qu’à d’autres aux ambitions plus modestes, résume Jeff Collet. Chez nous, elle ne poserait aucun problème.»

Pour Claudius Schaefer, cette nécessité de réduire la voilure concernera de toute manière tout le monde et pas seulement ceux qui y seront contraints par cet emprunt. «Après cette énorme crise, je pense que tous les clubs - même ceux qui ne solliciteront pas un prêt - ont actuellement cette même volonté de réduire quelque peu leur masse salariale. La différence ne sera donc pas énorme entre eux.»

«Il est possible que ces annonces puissent avoir un effet positif sur la volonté des clubs de reprendre le championnat en juin»

Stefan Nellen, vice-président du Lausanne-Sport

Ces annonces du CF pourraient en revanche avoir une incidence certaine sur l’issue de l’Assemblée générale de la SFL, qui se tiendra le 29 mai prochain. Au programme de cette importante journée figure la décision des vingt clubs concernés sur leur volonté de reprendre ou pas les deux championnats interrompus il y a maintenant plus de deux mois. «Il est en effet possible que ces annonces puissent avoir un effet positif sur la volonté des clubs de reprendre le championnat en juin», se réjouit le Lausannois Stefan Nellen. Un avis que partage, mais regrette bien entendu, le président neuchâtelois, Jeff Collet. D’autant plus probable que l’octroi de ces prêts est directement lié à la reprise de la compétition, comme le confirme Claudius Schaefer. «L’hypothèse que ce point puisse peut-être influencer le vote de quelques clubs sur une éventuelle reprise du championnat le 29 mai prochain doit effectivement être prise en considération.»