Passer au contenu principal

Nuits genevoisesUne fois les boîtes fermées, les fêtes sauvages vont exploser

La police genevoise manque d’effectifs pour intervenir sur les fêtes hors boîte de nuit, alerte son syndicat. Mauro Poggia met en garde contre la tenue de rave parties.

Depuis la fermeture des boîtes de nuit, ce sont les parcs qui accueillent les fêtards, comme ici aux Bastions à Genève.
Depuis la fermeture des boîtes de nuit, ce sont les parcs qui accueillent les fêtards, comme ici aux Bastions à Genève.
KEYSTONE

Alors que l’espace public genevois est pris d’assaut les soirs de fin de semaine, la fermeture des clubs, décidée le 31 juillet, risque bien d’aggraver la situation. Depuis la fin du semi-confinement, les rassemblements sauvages ont pullulé dans les parcs, au bord du Rhône ou encore sur la plaine de Plainpalais et son skatepark. Ces fêtes improvisées s’accompagnent d’incivilités et de bagarres.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.