Passer au contenu principal

Une curieuse exoplanète sans fard, le cœur mis à nu

TOI 849 b est une géante gazeuse qui n’aurait pas d’atmosphère, avec son cœur dépouillé. C’est une première car jamais encore un noyau intact d’une géante gazeuse autour d’une étoile n’avait été détecté.

TOI 849 b avait été détectée par le système Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la Nasa en 2018.
TOI 849 b avait été détectée par le système Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la Nasa en 2018.
KEYSTONE

Une exoplanète étrange a été découverte par une équipe internationale d’astronomes, dont des chercheurs des universités de Genève et de Berne. TOI 849 b a la particularité d’orbiter extrêmement près de son étoile, alors que sa masse est 40 fois celle de la Terre.

Il est rare de trouver des planètes d’une telle densité si près de leur soleil. Cette région est d’ailleurs appelée par les astronomes «le désert des Neptunes», expliquent mercredi les universités de Genève et de Berne. Selon les scientifiques, TOI 849 b serait une géante gazeuse qui n’aurait pas d’atmosphère.

Seul son cœur dépouillé subsiste. Pour les scientifiques, il s’agit d’une observation majeure. Jamais encore un noyau intact d’une géante gazeuse autour d’une étoile n’avait été détecté. Cette découverte offre l’occasion unique d’étudier l’intérieur sans fard d’une autre planète.

Si TOI 849 b n’avait pas connu un accident de parcours lors de sa formation, elle aurait pu devenir une jumelle de Jupiter, accumulant, grâce à sa masse, de grandes quantités d’hydrogène et d’hélium dans son atmosphère lors de sa création dans le disque protoplanétaire. Son histoire est cependant atypique.

Deux théories permettraient d’expliquer pourquoi la planète est privée d’atmosphère. Soit TOI 849 b a vu son enveloppe se déchirer, car elle tourne trop près de son étoile ou est entrée en collision avec une autre planète. Soit, lors de sa formation, elle n’a pas eu assez de matière autour d’elle pour se développer normalement.

Une année de 18 heures

TOI 849 b se trouve à 730 années-lumière. Elle orbite tellement près de son étoile qu’une année y dure 18 heures et sa température à sa surface atteint 1500 degrés Celsius. Alors que sa masse équivaut à 40 fois la masse de la Terre, son rayon n’est que 3,4 fois plus grand que celui de notre planète. Sa densité est du même coup très élevée.

TOI 849 b a été repérée grâce à la technique du transit. En passant devant son étoile, la planète cause une brève éclipse et d’infimes sauts de luminosité qui sont analysés par les astronomes. Une autre méthode de détection et d’analyse d’exoplanètes consiste à enregistrer les petits mouvements de va-et-vient de l’étoile dû à l’influence gravitationnelle de l’objet qui tourne autour d’elle.

Les recherches sur TOI 849 b ont été dirigées par l'Université de Warwick, en Grande-Bretagne. Les résultats de cette collaboration internationale sont à lire dans la revue «Nature».

ATS