Passer au contenu principal

Encre bleueUne belle genevoiserie

Grumpf, grumpf.
Grumpf, grumpf.
Olivier Francey

Vous allez encore dire que j’exagère. Que je m’arrange pour en faire le moins possible. Que j’ai déjà la molle d’automne, alors que l’été n’a pas encore dit son dernier mot. Même pas vrai!

Seulement j’y peux rien si mon encre bleue paraît un jour sur deux et que la prochaine tombe sur le Jeûne genevois. Alors elle tombe à l’eau. Plouf, je me noie au fond de l’encrier. Pas dit que j’en ressorte d’ici à la fin de la semaine…

Mais que fait la Julie pendant cette absence? Eh bien, je hume l’air du temps, je prépare des tartes aux pruneaux, et surtout je me creuse les méninges pour la Thune du Cœur.

Parce que oui, malgré tout, ou à cause de tout, elle aura bien lieu en cette fin d’année. Pour la 25e fois! On pourrait fêter cette belle Genevoiserie, elle le vaut bien. Mais la période n’est pas trop à la rigolade, pas vrai?

Il faut plutôt imaginer des façons différentes de collecter des fonds pour aider ceux qui en ont besoin.

Parce qu’à trop être sollicités, comme ils le sont en ces temps difficiles, les gens qui ont encore quelques sous devant eux commencent à se lasser. Et puis aussi parce que les manifestations qui permettaient à nos cochons-tirelires de se remplir la panse n’auront pas lieu. Je pense à la Course de l’Escalade, où Jules et ses potes ont toujours réalisé de bons scores.

Les autres concerts? Les matches? Les réunions d’associations? Pas dit qu’ils aient lieu, ou qu’ils trouvent leur public. Pas de panique, on va trouver des solutions. Martine me signale ainsi que des peintres sur porcelaine décorent des pièces qu’elles vendront au marché de Noël de Vandœuvres au profit de notre action de solidarité. Merci à elles!

Toute initiative de ce type est bienvenue. N’hésitez pas à me faire part de vos idées, et je vous tiendrai au courant de mes cogitations. Une chose est sûre: vous n’échapperez pas à la Thune!