Passer au contenu principal

Saison culturelle de CoppetUn voyage d’hiver aux portes de l’été

Le baryton allemand Benjamin Appl chante le cycle de Schubert au château de Madame de Staël.

Le baryton Benjamin Appl
Le baryton Benjamin Appl
Uwe Arens SONY Classical

Signe d’un retour à la normale encore timide, des saisons culturelles interrompues ou même qui n’ont pas pu démarrer cette année reprennent vie. Ainsi, les Rencontres de Coppet, qui animent pour la 7e année le château de Madame de Staël avec des conférences et des concerts de musique de chambre, auraient dû s’ouvrir le 15 mars, mais une épidémie plus tard, c’est finalement avec le concert du 7 juin déplacé au 28 que cette série va commencer.

«À l’heure où nous vivons une situation si étrange, cette œuvre nous invite à un sublime voyage métaphorique où la musique et la poésie questionnent les joies et les peines de l’existence»

Véronique Vielle, responsable des concerts des Rencontres de Coppet

Très heureuse de cette reprise pourtant tardive, Véronique Vielle se félicite de pouvoir présenter maintenant «Winterreise», de Schubert. «À l’heure où nous vivons une situation si étrange, cette œuvre nous invite à un sublime voyage métaphorique où la musique et la poésie questionnent les joies et les peines de l’existence», fait remarquer l’organisatrice. Elle accueille pour ce «Voyage d’hiver» préestival l’un des barytons les plus en vue de la nouvelle génération. Benjamin Appl était déjà venu il y a trois ans au château de Coppet pour délivrer «Die schöne Müllerin», du même Schubert. On a pu aussi l’entendre au festival du Mont Musical en 2018 et au Grand Théâtre de Genève l’an passé précisément dans ce «Winterreise».

Le baryton allemand de 38 ans redonne par sa jeunesse une vigueur nouvelle au cycle de lieder décrivant l’errance d’un amoureux éconduit jusqu’aux portes de la mort. «Les thèmes du voyage, du «Wanderer» et de l’exil sont récurrents dans l’œuvre de Schubert, poursuit Véronique Vielle. Mais autant «Die schöne Müllerin» est une ballade qui magnifie la jeunesse et l’éveil à l’amour, autant «Winterreise» amène son cortège de ruisseau gelé, de vent glacial ou de chiens hurlants jusqu’à ce grinçant joueur de vielle à roue dans l’ultime lied.»

Son timbre clair et sa diction limpide permettent à Benjamin Appl d’exceller autant dans la mélodie romantique que dans le répertoire baroque allemand. Il vient de le prouver dans un disque magnifique paru la semaine dernière chez Hänssler Classic où il défend avec les Berliner Barock Solisten et le chef Reinhard Goebel des cantates de la famille de Bach, dont une première mondiale de Carl Philipp Emanuel et un étonnant «Pygmalion» de Johann Christoph Friedrich Bach, le fils musicien le moins connu de Jean-Sébastien.

Coppet, château
Di 28 juin (17 h)
Rens.: 079 395 86 41
www.rencontrescoppet.ch