Passer au contenu principal

États-UnisTirs sur une base militaire: enquête antiterroriste

Un marin a été blessé jeudi matin après des tirs sur une base navale du Texas. La police a ouvert une enquête antiterroriste.

L’armée américaine n’a pas précisé si le tireur a été tué ou seulement blessé. (Photo d’illustration)
L’armée américaine n’a pas précisé si le tireur a été tué ou seulement blessé. (Photo d’illustration)
AFP

La police fédérale américaine a lancé jeudi une enquête antiterroriste après qu’un homme a ouvert le feu dans une base militaire du Texas, faisant un blessé léger, avant de trouver la mort.

Le suspect est décédé, a indiqué lors d’une conférence de presse la porte-parole du FBI Leah Graves, sans préciser s’il s’était suicidé ou avait été abattu. Elle a ajouté qu’une seconde personne était recherchée dans le cadre de l’enquête. «Nous avons conclu que les faits survenus ce matin à la base aéronavale de Corpus Christi étaient de nature terroriste», a-t-elle déclaré.

Centre de formation de pilotes

«La fusillade s’est produite à environ 6 h 15 du matin. Un marin a été blessé», a également annoncé l’antenne du FBI à Houston sur son compte Twitter, ajoutant que la personne était «en bonne santé» et qu’elle «devrait être libre de quitter (l’hôpital) plus tard dans la journée». La porte-parole de la base Françoise Kieschnick avait confirmé plus tôt dans la journée que le tireur avait échangé des coups de feu avec les forces de sécurité.

La base navale de Corpus Christi, dans le sud du Texas, est un des plus grands centres de formation de pilotes aux États-Unis. Outre les pilotes américains, de nombreux aviateurs alliés y sont formés.

En décembre 2019, un militaire saoudien en formation sur une autre base navale, en Floride, avait tué trois soldats américains et fait huit blessés avant d’être abattu par la police. Les autorités américaines ont fait savoir lundi que l’auteur de cette fusillade était en contact étroit, depuis des années et jusqu’à la veille de l’attaque, avec l’organisation jihadiste Al-Qaïda.

AFP/NXP