Passer au contenu principal

Pétition Un «record» de signatures pour les voies cyclables provisoires

La pétition visant à pérenniser les aménagements réalisés en urgence a recueilli 17’500 signatures en onze jours.

Les associations d’habitants et intéressées à la mobilité douce ont déposé leur moisson «record» de signatures à l’Hôtel-de-Ville avant d’organiser une conférence de presse par vidéo.
Les associations d’habitants et intéressées à la mobilité douce ont déposé leur moisson «record» de signatures à l’Hôtel-de-Ville avant d’organiser une conférence de presse par vidéo.
Demir Sönmez

Des itinéraires cyclables, ils en veulent davantage et pour longtemps. Les organisations intéressées à la mobilité douce ainsi que des associations de quartier ont déposé jeudi une pétition en ce sens, appuyée par quelque 17 500 signataires qui se sont mobilisés en onze jours. «De mémoire associative, c’est un record», souligne Alice Genoud, de l’ATE. Une conférence de presse par vidéo a été organisée dans la foulée.

Incitant les autorités à poursuivre le traçage de voies cyclables, le texte demande à pérenniser celles qui ont été peintes depuis le 12 mai, dans l’espoir de délester pendant 60 jours des transports publics incapables d’assumer leur charge usuelle dans le contexte sanitaire actuel. La démarche a été lancée au lendemain de la mise en ligne d’une pétition exigeant la suppression la suppression des aménagements provisoires. Jeudi à la mi-journée, ce texte concurrent n’avait recueilli qu’environ 7000 appuis.

Les aménagements provisoires ne tirent pas leur légitimité que de l’actualité du déconfinement. Thibault Schneeberger, d’actif-trafic, cite aussi les diverses votations populaires favorables à la mobilité douce et la «nécessité de réduire l’empreinte fossile» en raison de la crise climatique. «Il est important d’étendre le dispositif aux autres communes pour les trajets un peu plus longs», estime Mathieu Jotterand, au nom de l’ATE, saluant l’appel lancé en ce sens par les Exécutifs de Vernier, Lancy, Meyrin, Carouge et Onex.

Comment expliquer l’agressivité qui se manifeste sur les réseaux sociaux envers les cyclistes? Les incivilités que ces derniers peuvent commettre ne sont pas le premier motif aux yeux des associations qui pointent avant tout la difficulté des automobilistes à céder du terrain dans une redistribution d’un espace public qu’ils ont longtemps dominé. La manifestation cycliste du 18 mai n’était-elle pas une provocation nuisible à la cause? Thibault Schneeberger y voit, en réponse à la réaction des milieux automobiles, un sursaut «inévitable», «un vrai élan pour dire qu’il faut changer la ville».

Invité au point de presse, le directeur du bureau d’études Mobilidée juge important le potentiel du vélo à Genève. «La Voie verte a par exemple très vite trouvé son public, relève Giorgio Giovannini. Quand l’offre est mise à disposition, on voit qu’une demande latente existait.» Sur la base des plans de mobilité établis pour le compte d’entreprise, jusqu’à 60% des effectifs de collaborateurs résident à une distance de leur travail qui est franchissable à vélo ou au moyen d’un vélo électrique. Selon l’expert, jusqu’à 30% des collaborateurs qui viennent au travail seuls à bord de leur véhicule manifestent un intérêt à tenter le vélo, sous certaines conditions comme l’amélioration de la sécurité routière.