Passer au contenu principal

À voir sur OCS CityUn nouveau «Perry Mason» très cliché

Le célèbre avocat détective revient dans une série HBO qui raconte les débuts du héros interprété il y a cinquante ans par Raymond Burr. Pas tout à fait convaincant.

Matthew Rhys interprète le rôle de Perry Mason dans cette nouvelle mouture.
Matthew Rhys interprète le rôle de Perry Mason dans cette nouvelle mouture.

On avait quitté le détective avocat Perry Mason en fauteuil roulant, le revoilà sur pied. HBO a réalisé un préquel de la célèbre série télévisée dont le rôle principal était interprété par Raymond Burr, il y a cinquante ans. Deux cent soixante et un épisodes en neuf saisons plus tard, HBO, qui enchaîne les séries à succès, s’est donc replongé dans les premiers romans d’Erle Stanley Gardner pour raconter les débuts du fameux avocat justicier. La chaîne américaine a déjà diffusé quinze épisodes de ce nouveau «Perry Mason», et la chaîne OCS City visible sur Canal+ Suisse vient de mettre en streaming huit épisodes inédits en Europe, qui traitent d’une seule affaire.

Dans le Los Angeles de la Grande Dépression, Perry Mason, héritier d’une ferme et détective minable, traite dans cette minisérie l’histoire d’un bébé enlevé à ses parents et d’un meurtre. La production a mis de gros moyens dans cette série dont le rôle principal est endossé par le comédien Matthew Rhys, dans une reconstitution très léchée du Los Angeles des années 30.

La figure du détective négligé, alcoolique, habillé comme l’as de pique, traumatisé par sa participation à la guerre et malmené par les flics, est vue et revue sur tous les écrans. «Perry Mason» dans sa première version échappait aux clichés et se centrait sur les affaires traitées par l’avocat innocentant ses clients et confondant les coupables. Pas celle-ci. L’histoire n’échappe pas non plus aux poncifs, ni aux traits de l’époque. La police est impliquée dans l’affaire ainsi qu’une mystérieuse église évangéliste qui a tout d’une secte. Cependant, le scénario réserve quelques surprises et tient le spectateur en haleine.

On y voit enfin le détective, qui n’a pas jusqu’ici fait preuve de beaucoup d’éthique, prêter serment pour endosser le rôle de défenseur. Un retournement peu crédible. On attend de voir la suite car jusque-là, on n’est pas totalement convaincu par cette série, pourtant encensée par la grande presse américaine.