Passer au contenu principal

FranceUn homme tué à Nancy, deux suspects en garde à vue

Une dispute liée à «un problème de stupéfiants» a coûté la vie à une personne vendredi dans la Ville aux Portes d’Or en France.

Arrivée sur les lieux, la police a découvert «le corps d’un homme décédé», dont l’examen médico-légal pratiqué sur place a montré qu’il présentait «des plaies susceptibles d’avoir été commises par un instrument perforant».
Arrivée sur les lieux, la police a découvert «le corps d’un homme décédé», dont l’examen médico-légal pratiqué sur place a montré qu’il présentait «des plaies susceptibles d’avoir été commises par un instrument perforant».
AFP

Deux personnes ont été placées en garde à vue vendredi soir à Nancy pour le meurtre d’un homme dont le corps présentait des plaies visiblement provoquées «par un instrument perforant», a indiqué samedi le parquet qui évoque une possible dispute pour un «problème de stupéfiants».

Les faits se sont produits vendredi dans la soirée dans un appartement au nord de la ville. Selon les premiers éléments, un homme a appelé les secours en affirmant «avoir été agressé par deux individus inconnus» et avoir «reçu des coups de marteau», a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

Arrivée sur les lieux, la police a découvert «le corps d’un homme décédé», dont l’examen médico-légal pratiqué sur place a montré qu’il présentait «des plaies susceptibles d’avoir été commises par un instrument perforant», a poursuivi le magistrat, sans autre précision.

«Coups de marteau»

Deux autres individus se trouvaient sur place, dont celui qui avait appelé les secours, effectivement blessé et qui a été hospitalisé, selon François Pérain. Placé en garde à vue, le troisième homme, le locataire de l’appartement, a livré une autre version, indiquant qu’une dispute, occasionnant des «coups réciproques», avait éclaté «entre deux personnes qui avaient squatté son appartement».

Selon le locataire, «l’un aurait reçu des coups de marteau et l’autre aurait répliqué en lui portant des coups», a indiqué François Pérain. «L’origine de la dispute serait liée à un problème de stupéfiants», a indiqué François Pérain précisant que l’homme hospitalisé avait finalement été lui aussi placé en garde à vue «puisque son état de santé le permettait».

AFP