Passer au contenu principal

MusiqueUn Genevois redonne du lustre à un concert mythique de Petula Clark

David Hadzis a orchestré l’édition superbe d’un double CD.

Petula Clark, une grande voix de la musique du XXe siècle à retrouver dans une édition collector.
Petula Clark, une grande voix de la musique du XXe siècle à retrouver dans une édition collector.
Julien Scussel

Petula Clark rentre sur scène, un speaker l’annonce, elle s’apprête à reprendre quelques standards comme «You Are the Sunshine of My Life», puis des succès plus récents, tel cet «Alone Again» qui valut à Gilbert O’Sullivan sa popularité. Le concert date de 1974 mais le son paraît avoir été enregistré la semaine dernière. Pur, net, moderne, intense. Petula dans son salon, comme d’autres grandes voix de la musique du XXe siècle, tel est le miracle qui s’accomplit lorsqu’on écoute ce double album, édition collector d’un concert mythique donné au Royal Albert Hall le 14 février 1974. Sans la patience et l’abnégation de David Hadzis, Genevois qui a déjà réédité des enregistrements de Sidney Bechet et de Nicole Croisille via sa fondation, United Music, ce disque n’existerait tout simplement pas.

«Il fallait faire vite, nous raconte-t-il sur Skype, car les bandes magnétiques se dégradent avec le temps. Notamment à cause du syndrome du vinaigre. Un album tiré de ce concert était sorti en 1974, mais il ne contenait qu’un tiers environ du show.» L’opération de sauvetage a débuté avec la localisation des bandes. Qui avaient été déplacées aux États-Unis, dans les archives de Polygram. Alors distribuée par Polydor, Petula Clark n’avait pas le droit de réenregistrer ses propres chansons. Autant d’imbroglios qui ne semblent pas effrayer David Hadzis. Chef de projet sur cette édition, il a restauré les bandes millimètre par millimètre. Quitte à enlever les parasites à la main, dans son atelier.

«Le but était que cette édition collector reflète vraiment la réalité du concert. Avec une idée patrimoniale, bien sûr. En termes commerciaux, on peine à survivre, mais on fait surtout ce que les autres ne font pas. Peut-être parce que les autres ne tablent que sur leurs propres archives. Nous sommes les seuls en Europe à procéder ainsi. Alors évidemment, pour moi c’est 80% de bénévolat et les bénéfices aident juste la fondation à survivre.»

Artiste protéiforme, aussi bien actrice que chanteuse, Petula Clark (87 ans aujourd’hui) reste l’une des rares à avoir fait carrière dans plusieurs pays de manière simultanée. «Mais avec la France, il y a un gros malentendu, car on a souvent joué avec son accent. En Allemagne, on lui a fait faire du «schlager». Seuls les États-Unis ont mis tout le monde d’accord.» On peut le comprendre, la chanteuse, à nouveau domiciliée à Genève, a tenu à superviser cette édition. Du son au choix des photos qui illustrent le copieux livret du disque. «Elle n’aime pas l’à peu près. L’ordre des chansons a été respecté à la seconde près», complète un David Hadzis fier de voir ce beau CD encensé partout, de «Billboard» à «Télérama».

Disponible sur www.unitedmusic.ch