Passer au contenu principal

Fans indisciplinés aux VernetsUn fidèle des Aigles tire la sonnette d’alarme

Si dans l’ensemble, les supporters de Genève-Servette jouent bien le jeu, d’autres enlèvent parfois trop facilement leur masque pendant le match. Les dirigeants sont vigilants.

Dans l’ensemble, les spectateurs jouent bien le jeu et portent le masque sans rechigner, mais il y a aussi quelques récalcitrants…
Dans l’ensemble, les spectateurs jouent bien le jeu et portent le masque sans rechigner, mais il y a aussi quelques récalcitrants…
KEYSTONE

Parce qu‘il aime trop son sport et son club, c’est un fan médusé, fidèle depuis de très nombreuses années, qui nous a interpellés, samedi soir, peu après le succès d’Ambri aux Vernets. L’homme, alerte septuagénaire, nétait pas seulement triste à cause du résultat défavorable de son équipe battue 2 à 3 par les Léventins.

La raison de son courroux ou plutôt de sa mise en garde, tenait au comportement de spectateurs indisciplinés qui l’ont vraiment mis hors de lui alors que les cas de Covid-19 sont en augmentation dans le pays et plus spécialement dans le canton de Genève.

«Malgré notre amour du hockey, ma femme et moi hésitons à revenir car les règles sanitaires mises en place dans les patinoires ne sont qu’une vaste fumisterie.» Au moment de rejoindre son domicile, Yves Clerc n’était pas loin d’ailleurs de penser quà ce rythme, «le championnat se jouera certainement bientôt à huis clos, que tôt ou tard devrait intervenir un cluster, car, estime-t-il, il est impossible de faire respecter les mesures.»

Si parmi le public, on ignore s’il y a eu des gens malades depuis samedi, or, après l’annonce de cas positifs dans les vestiaires de Fribourg Gottéron et à Lugano, il y a déjà des matches renvoyés, dont celui de mardi prochain aux Vernets où les Aigles devaient affronter les Dragons.

‹‹J’ai vu des fans qui insultaient les rares officiels qui avaient eu le malheur de leur faire une remarque.››

Yves Clerc, fidèle supporter de GE Servette

Ce couple de retraités a bien essayé de raisonner certains rebelles indisciplinés qui ne portaient pas leur masque. Mais ces derniers, surtout des jeunes, leur ont ri au nez.

«J’ai constaté également durant les pauses, dans le hall principal, que de nombreuses personnes, qui étaient pourtant censées regagner leur place une fois qu’ils avaient commandé leur boisson ou leur nourriture, insultaient les rares officiels qui avaient eu le malheur de leur faire une remarque.» De quoi le faire réagir, forcément et de le pousser à avertir les dirigeants grenat.

«Aucun chargé de sécurité n’est monté non plus dans les derniers étages des gradins, là où il y a beaucoup de places en vente à l’unité, déplore-t-il. Là-haut, ces inconscients qui ne sont pas des amateurs de hockey, ôtent leur masque en gardant en verre vide ou presque collé devant leur visage. Maintenant, ce genre de dérapages doit exister dans toutes les patinoires en Suisse, pas uniquement aux Vernets.»

A Zurich ou à Berne, où il existe des caméras de surveillance, les récalcitrants sont dailleurs sortis manu militari de la patinoire.

‹‹Personne n’a envie qu’on ferme la patinoire et que les joueurs perdent leur job.››

Philippe Rigamonti, directeur administratif de GE Servette

Reste qu’à Genève, on a pris très au sérieux le coup de gueule de ces abonnés de longue date. «Nous allons les rencontrer ce jeudi avant le match avec Arnaud Corniot, autrement dit M. Covid, pour leur expliquer ce qu’on fait exactement dans la patinoire pour préserver la santé de nos spectateurs, précise Philippe Rigamonti, directeur administratif de Ge/Servette. Il est aussi important d’écouter ce genre de remarques pour améliorer certaines choses par rapport aux récalcitrants que nous allons surveiller de près. On va faire un peu plus la police dans certains secteurs, mais sans être trop agressifs non plus.»

Les dirigeants des Aigles tiennent toutefois à signaler qu’à lexception de deux à trois fortes têtes, «dans l’ensemble, ça roule». La grande majorité des 4000 spectateurs ont d’ailleurs bien compris que s’ils ne respectaient pas les gestes barrières, il pourrait y avoir de grosses répercussions.

«Personne n’a envie qu’on ferme la patinoire et que les joueurs perdent leur job», rappelle Philippe Rigamonti qui touche du bois pour que tout le monde joue le jeu aux Vernets, en laissant leur masque. S’ils aiment leur club