Passer au contenu principal

CinémaUn drive-in s’installe au cœur de Bernex à Genève

Trois jeunes ont eu l’heureuse initiative de ressusciter un concept né aux États-Unis le siècle dernier.

Des spectateurs assistent depuis leurs véhicules à la projection du film «Intouchables» au Ciné Park drive-in de Bernex.
Des spectateurs assistent depuis leurs véhicules à la projection du film «Intouchables» au Ciné Park drive-in de Bernex.
Pierre Albouy

En l’absence de ces cinémas en plein air qui remplissaient les années passées quelques espaces éphémères au bord du lac, Genève se préparait à vivre son été le plus aride, sans distractions ni sorties pour trancher dans l’ennui léthargique qui peut ici régner le week-end. C’était compter sans l’initiative de trois jeunes diplômés de l’École hôtelière, qui ont eu l’idée bienvenue de ressusciter le drive-in dans un esprit rétro et dans la plus pure tradition américaine, où ce type de projections sont apparues au tout début des années 30. Quelques exemples de drive-in ont déjà surgi ces dernières années en Suisse, de manière sporadique et inattendue. Elles ont toujours été plus rares dans le canton de Genève, hormis celui que le GIFF a proposé il y a plusieurs éditions dans la cour de la Salle communale de Plainpalais, plus bien sûr le drive-in indoor d’Allianz Cinema qui débute demain soir dans l’une des grandes halles de Palexpo (on en recausera) en remplacement du plein air du Port-Noir. En attendant, c’est à Bernex que chaque vendredi et samedi soir le Ciné Park (terme fréquemment utilisé en lieu et place de drive-in) propose cette expérience, à vivre par n’importe quel temps et dans un esprit d’accueil et de convivialité nullement forcés.

Seize soirées de films

«Nous y avons songé durant le confinement, nous raconte Jordan Emch, 25 ans, l’un des initiateurs du projet, avec notamment Jenna Moreira, issue comme lui de l’École hôtelière de Lausanne. On s’est demandé ce qu’on pourrait faire. On a très vite pensé à un drive-in. Et à Bernex, la commune d’où nous venons, cela nous paraissait faisable.» Une fois l’idée germée, il fallait monter le projet. Ce qui est toujours moins facile que prévu. «Le financement n’a pas été simple, commente Jenna, 24 ans. Entre les droits des films et l’écran de projection qu’il s’agit de louer, les paramètres sont nombreux.» Depuis le 10 juillet et jusqu’au 29 août, cela fait en tout seize soirées de programmation de films.

«Nous avons réfléchi assez large, s’enthousiasme Jordan. Pour la soirée d’ouverture, le 10 juillet, nous avons tout de suite pensé à «Grease», qui contient justement une séquence de drive-in célèbre. D’un film à l’autre, nous avons négocié les droits avec les distributeurs suisses des métrages, et nous avons eu presque tous ceux que nous voulions. 30% des recettes leur sont ensuite reversés. Mais nous n’avons pas inclus dans le programme des titres interdits aux moins de 16 ans, ni des films d’une durée trop longue. Autre chose, nous ne programmons que des films que nous aimons.» Relativement logique! Seuls les droits de quelques films musicaux, comme «Bohemian Rhapsody» ou «Rocketman», ne leur ont pas été accordés. Une fois ces droits acquis, charge aux initiateurs de se procurer les copies, généralement sous forme de Blu-ray. Puis à gérer leur communication, se faire connaître, attirer du monde sur le site de Bernex, au chemin du Signal 21.

Vote sur Instagram

«Il s’agissait aussi d’obtenir des fréquences radio pour diffuser les bandes-son du film. De louer projecteur, écran, puis d’organiser chaque soirée.» Laquelle comporte un petit service de restauration, dite à l’américaine. Un groupe de bénévoles s’activent chaque week-end pour aider. La capacité d’accueil, 50 places au maximum, est limitée. «Nous avons fait toutes les démarches, note Jordan Emch. Le budget total de l’opération est de 34’000 francs. Pour monter le projet, nous avons créé une société simple. Pour déterminer si on passerait la VO ou la VF des films, nous avons procédé à un vote sur Instagram. Via les réseaux sociaux, on essaie de se faire connaître. Ce qu’il faut aussi ajouter, c’est que chaque séance est précédée de la projection de courts-métrages de réalisateurs suisses.» Les noms de Pierre Amstutz Roch, de Valentin Pittard, qui sont Genevois, du moins d’origine, sont ainsi mentionnés au détour d’une phrase.

Dans la même logique, les horaires sont assez flexibles. L’ouverture des portes a lieu à 19h30. Et le début du film se situe entre 21h et 22h. Pour réserver, il faut aller sur leur site (voir note ci-dessous) ou payer sa place à l’entrée, sous réserve évidemment de disponibilité. Samedi 18 juillet, le champion du box-office «Intouchables», avec Omar Sy, était ainsi projeté sous un ciel totalement dégagé. Vendredi et samedi prochain, deux classiques vont débouler, «Mamma Mia» et le premier volet de «Retour vers le futur». Une expérience à tenter et à vivre jusqu’au 29 août.

Note: Ciné Park Bernex, chemin du Signal 21 jusqu’au 29 août, tous les vendredis et samedis dès 19 h 30. Réservations sur www.cinepark-drive.ch

1 commentaire
    olivier micka

    qu’en pense les verts ?