Passer au contenu principal

Encre bleueUn cerf dans la circulation

DR

Pendant le confinement, les gens qui mettaient encore le nez dehors sont parfois tombés sur eux, au hasard d’une promenade. Surprise totale, de part et d’autre. Car les animaux dits sauvages semblaient fort étonnés aussi de découvrir les êtres qui peuplaient les zones d’habitations près desquelles ils osaient enfin s’aventurer.
Séquences émotions garanties!

Avec le retour à la vie plus tout à fait normale de nous autres humains, ces bêtes à poils et à plumes sont retournées dans leurs lieux cachés et ne s’en portent pas plus mal.

Elles se rappellent pourtant à notre bon souvenir en revenant faire un tour ces jours dans l’espace public. Plus précisément sur les affiches de la votation pour ou contre la nouvelle loi sur la chasse. Mais pas que là.
Depuis quelques semaines, un gibier de belle taille a ainsi fait son apparition sur la route de Vandœuvres. L’animal s’est hissé sur le giratoire plein d’herbes folles situé à la croisée des routes de Vandœuvres et Martin Bodmer. À l’évidence, il ne craint rien ni personne.

Le grand cerf se dresse là dans toute sa majesté et regarde, avec un détachement certain, les flots de voitures qui l’enserrent à longueur de journée. Sa présence en ce lieu est totalement surprenante! J’ai eu beau tourner plusieurs fois autour de lui, jusqu’à en choper le tournis, il apparaît toujours sur fonds d’arbres, comme s’il vivait dans ses bois, non au cœur de la circulation.

Ce cerf, plus vrai que nature, est l’œuvre de Calyxte Campe, le sculpteur qui a créé les trois oies des neiges qui survolaient le même giratoire l’an dernier. L’animal se découvre à toute heure du jour et de la nuit. Sans rendez-vous ni ticket d’entrée. C’est dire s’il est facile de se rendre près de ce lieu d’exposition temporaire pour aller saluer le grand cerf qui défie les chasseurs…