Passer au contenu principal

FranceUn blessé grave après une nouvelle rixe entre jeunes à Paris

Une nouvelle rixe entre jeunes a fait cinq blessés, dont un grièvement, à Paris. Au moins trois des cinq blessés l’ont été à l’arme blanche.

Selon le ministère de l’Intérieur, 357 affrontements entre bandes ont été recensés en France en 2020 contre 288 en 2019, soit une hausse de près de 25%. (Image prétexte)
Selon le ministère de l’Intérieur, 357 affrontements entre bandes ont été recensés en France en 2020 contre 288 en 2019, soit une hausse de près de 25%. (Image prétexte)
AFP

Cinq personnes ont été blessées, dont une grièvement, mardi à Paris lors d’une nouvelle rixe entre jeunes, a-t-on appris de sources concordantes. Violentes rixes et rivalités entre bandes de jeunes se multiplient notamment en région parisienne.

Lundi, un adolescent de 14 ans a été grièvement blessé en Essonne, département du sud de Paris, où deux collégiens avaient déjà été mortellement poignardés en février. La rixe a eu lieu mardi en fin d’après-midi porte d’Auteuil dans le cossu XVIe arrondissement de Paris, à proximité du stade Roland-Garros et du Parc des Princes, a-t-on précisé de source policière. Au moins trois des cinq blessés l’ont été à l’arme blanche, et quatre blessés ont entre 16 et 17 ans, selon le parquet de Paris qui a ouvert une enquête pour tentative d’homicide volontaire.

Mi-janvier le passage à tabac de Yuriy, un collégien de 15 ans, dans Paris, avait suscité l’émoi de la classe politique. La diffusion sur les réseaux sociaux le 22 janvier d’une vingtaine de secondes d’images de son agression avait suscité de nombreuses réactions, aussi bien du président Emmanuel Macron que du footballeur Antoine Griezmann. L’adolescent s’est exprimé pour la première fois publiquement mardi soir en assurant qu’il ne faisait «pas partie d’une bande».

Bientôt un plan de lutte

Au début du mois, le gouvernement a décrété la mobilisation générale contre le phénomène de rixes entre jeunes. Un plan de lutte doit être adopté d’ici le 1er mai avec notamment le renforcement de la sécurité aux abords des écoles, le suivi de l’absentéisme scolaire, la médiation de quartiers et la surveillance des réseaux sociaux via lesquels les jeunes peuvent se donner rendez-vous pour en découdre.

Selon le ministère de l’Intérieur, 357 affrontements entre bandes ont été recensés en 2020 contre 288 en 2019, soit une hausse de près de 25%, et trois personnes ont été tuées et 218 blessées lors des affrontements de l’an dernier.

AFP