Passer au contenu principal

DieselgateUn ancien responsable chez Audi arrêté en Croatie

Axel Eiser, un ancien responsable des moteurs chez le constructeur automobile allemand, a été interpellé le 9 juin à la demande des États-Unis pour son implication dans l’affaire du «dieselgate».

Le «dieselgate» a déjà coûté au premier constructeur mondial près de 32 milliards de francs.
Le «dieselgate» a déjà coûté au premier constructeur mondial près de 32 milliards de francs.
KEYSTONE

Un ancien responsable allemand chez Audi et Volkswagen, Axel Eiser, a été arrêté en Croatie, à la demande des États-Unis où il est inculpé dans le cadre de l’affaire du «dieselgate», a-t-on appris mardi auprès du ministère de l'Intérieur.

Le scandale des moteurs diesel truqués a éclaté en 2015, quand Volkswagen a reconnu avoir truqué 11 millions de véhicules avec un logiciel capable de les faire apparaître moins polluants lors de tests en laboratoire que sur les routes.

Ancien responsable des moteurs chez Audi, une marque haut de gamme du groupe Volkswagen, Axel Eiser «a été arrêté le 9 juin au poste-frontière de Kastel» à la frontière croato-slovène, a indiqué le ministère croate de l’Intérieur en réponse à une demande de l’AFP.

Axel Eiser a été arrêté «lors de son entrée en Croatie et sur la base d’un mandat d’arrêt international» émis par les autorités américaines, selon la même source.

Anciens dirigeants

Axel Eiser figure parmi plusieurs anciens et actuels dirigeants du groupe Volkswagen, qui sont inculpés aux États-Unis dans l’affaire du «dieselgate».

Axel Eiser lui-même a été inculpé en janvier 2019, aux côtés de Richard Bauder, Stefan Knirsch et Carsten Nagel. Ils étaient tous, certains à partir de 2002, des responsables de la division développement des moteurs chez Audi en Allemagne.

Un juge d’instruction a ordonné la mise en détention préventive d’Axel Eiser à Pula (nord-ouest de la Croatie), selon le ministère. Il ajoute que les autorités croates ont informé l’ambassade allemande de son arrestation.

Manipulations sur les moteurs

Les manipulations sur les moteurs diesel chez le géant aux douze marques ont éclaboussé la quasi-totalité de l’industrie automobile allemande, fleuron industriel et fierté du pays, qui peine toujours à sortir de cette crise historique.

Le «dieselgate» a déjà coûté au premier constructeur mondial plus de 30 milliards d'euros (environ 32 milliards de francs), dont la majeure partie aux États-Unis.

Plusieurs marques du groupe Volkswagen ont accepté de payer au total 2,3 milliards d'euros d’amende (environ 2,46 milliards de francs) en Allemagne.

Le premier grand procès pénal en Allemagne s’ouvrira en septembre avec l’ancien patron d’Audi, Rupert Stadler, accusé notamment de «fraude», «d’émission de faux certificats» et de «publicité mensongère».

AFP/NXP