Passer au contenu principal

Lettre du jourTrottoirs à … trottinettes

Déplacements urbains : trottinette sur un trottoir de Genève  (image d’illustration).
Déplacements urbains : trottinette sur un trottoir de Genève (image d’illustration).
LUCIEN FORTUNATI

Genève, 21 septembre.

Les trottoirs en bas de mon immeuble, rue de Lausanne en face de l’OMC, sont en fait des pistes à vélos et même à motos. Je dois marcher avec une canne et/ou un rolator après des opérations au bas du dos. Où marcher? La honte, quelle ville Genève est-elle donc devenue?

Laissez-moi vous raconter ce qui suit: une dame d’environ 50 ans vit avec moi, partage mon appartement et s’occupe donc de moi. Elle rentre souvent à pied depuis la gare jusqu’au 147, rue de Lausanne.

Un après-midi, un vélo l’a brutalement frappée à la jambe, donc fort gonflement, ensuite plaie ouverte, pharmacie, deux visites dans une permanence, quasi-immobilité pendant trois jours. Bien entendu, ce jeune cycliste ne s’est pas arrêté, aucune excuse, il s’en est allé blesser d’autres personnes et renverser des jeunes enfants.

J’oubliais de mentionner les trottinettes, les planches et autres… Qui est responsable? Où peut-on dorénavant marcher en toute quiétude? Il serait intéressant que quelqu’un de votre journal vienne s’installer un moment au restaurant en bas de chez moi, «L’Annexe», afin de vérifier ces faits. Autre chose: la suppression de places de parking, les automobilistes sont extrêmement pénalisés malgré les impôt et taxes qu’ils doivent assumer. Une solution: quitter cette ville et s’installer ailleurs, facile à dire…

Je vis à Genève depuis 1978 après de nombreuses années en Afrique, aux Caraïbes, etc. Mon mari était ingénieur agronome et l’ONU nous obligeait à vivre dans ce qu’on appelle des «pays en voie de développement». Pour vous dire: nous avions l’impression d’être au paradis, tout fonctionnait, courtoisie, cordialité des habitants (il est vrai que la ville n’était pas surpeuplée comme à présent), coût de la vie normal, logements à disposition, travail pour tous.

Désolée d’être aussi négative. Salutations à toute l’équipe de la «Tribune», que je vais chercher chaque matin entre 5h30 et 6h avant de me soigner.

3 commentaires
    Oc

    La sagesse a atteint les contrées plus reculées et moins favorisées avant d’arriver aux nôtres. Ou alors elle a quitté la nôtre plus vite grâce à l’indépendantisme dont chacun fait preuve sans se soucier du voisin. Bienvenue à Genève ville internationale !!! Sauf pour les bonnes manières de tous les jours ( mobilité, déchets, respect, etc)