Passer au contenu principal

BiodiversitéTrop nombreux, les cerfs genevois risquent leur vie

L’État veut limiter la population de ces animaux toujours plus nombreux dans les bois de Versoix. Le sujet divise les défenseurs de l’environnement.

En hiver, les cerfs se nourrissent principalement de jeunes pousses d’arbres, en particulier de chênes, l’essence principale des forêts genevoises.
En hiver, les cerfs se nourrissent principalement de jeunes pousses d’arbres, en particulier de chênes, l’essence principale des forêts genevoises.
Getty Images

Après la vague de réactions outrées ayant suivi l’abattage d’un jeune cerf égaré au cimetière de Châtelaine, voilà une nouvelle qui va faire du bruit. L’État envisage d’autoriser les tirs de régulation des cerfs afin de limiter leur population, qui est en croissance constante dans les bois de Versoix. Après d’intenses débats internes, la Commission consultative de la diversité biologique (CCDB), où sont notamment représentées des organisations de défense de l’environnement comme le WWF et Pro Natura, a rendu ce mardi un préavis positif à cette demande de l’Office cantonal de l’agriculture et de la nature (OCAN). Il revient maintenant au Conseil d’État de donner, ou non, son feu vert.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.