Passer au contenu principal

FootballStade Nyonnais et deux autres clubs de La Côte mis en quarantaine

Le club de Colovray a annoncé cinq cas positifs au coronavirus. Joueurs et membres du staff sont confinés jusqu’au 5 août. À Prangins et à Échichens aussi…

L’entraîneur nyonnais Anthony Braizat espère que ces contaminations ne vont «pas mettre en doute la reprise du championnat» agendé au 15 août en Promotion League.
L’entraîneur nyonnais Anthony Braizat espère que ces contaminations ne vont «pas mettre en doute la reprise du championnat» agendé au 15 août en Promotion League.
KEYSTONE/Archive

Le Stade Nyonnais est touché de plein fouet par le Covid-19. En début de semaine, deux premiers cas positifs avaient déjà été annoncés par le club. Ce mercredi, le journal «La Côte» révèle que cinq personnes au total ont contracté le virus. «Il s’agit de quatre joueurs et d’un membre du staff», précise par téléphone l’entraîneur Anthony Braizat. Sur ordre du médecin cantonal, tout le groupe doit rester en quarantaine à domicile jusqu’au 5 août.

Match de Coupe repoussé?

«Nous avons obligé nos joueurs à faire le test, poursuit le technicien noir et jaune. Pour l’instant, notre priorité n’est pas le début du championnat. Nous faisons la une des journaux mais la santé reste notre priorité. Tout le monde doit rester à la maison, sans aucun contact avec leur famille.»

Un véritable coup dur alors que la reprise en Promotion League est fixée dix jours plus tard. Les Nyonnais doivent se déplacer le dimanche 16 août à Zurich pour y affronter YF Juventus. Une semaine plus tôt, les Vaudois sont censés affronter Bavois le 9 août au premier tour de la Coupe de Suisse 2020-2021. «Nous avons fait la demande à la l’ASF pour décaler ce match, précise Varujan Symonov, manager général du club. Pour moi, cette quarantaine généralisée est ridicule parce que la majorité des joueurs sont négatifs.»

Est-ce que la contamination à Colovray met en péril la reprise du championnat de Promotion League? Markus Hundsbichler, responsable de compétition, précise qu’une réunion téléphonique avec le comité est programmée ce mercredi soir pour discuter des répercussions du cas nyonnais. Il a refusé de s’exprimer davantage. «J’espère que cela ne va pas mettre en doute le début du championnat, se projette Anthony Braizat. D’après ce que j’ai entendu, l’ASF n’a pas de plan B

Des tests qui coûtent cher

Pour Varujan Symonov, la reprise aura lieu normalement. «Il faut jouer, martèle-t-il. La vie continue quand même. Les autres personnes vont travailler.» Le dirigeant pointe un autre aspect du doigt. Un dépistage collectif coûte près de 3000 francs aux clubs selon lui. «Cela va poser de gros problèmes. Aucune équipe de Promotion League ou de 1re ligue ne va se soumettre à des tests de manière volontaire. Il sera facile de cacher des cas de joueurs infectés et de jouer malgré tout.»

Des enjeux financiers qui prennent une ampleur plus grande encore après une fin de saison 2019-2020 annulée dans le football amateur. Fin avril, Symonov avait estimé, dans les colonnes de «La Côte», que le club perdrait près de 100’000 francs. «Nous attendons toujours de recevoir des aides et, jusqu’à présent, nous n’avons pas touché le moindre centime, regrette le manager général nyonnais. Les démarches administratives sont interminables pour des clubs non professionnels comme le nôtre. Il faut que l’ASF se bouge!»

Selon «La Côte», deux autres clubs sont touchés dans la région: il s’agit du FC Échichens (2e ligue inter) et du FC Prangins (3e ligue). Alors qu’ils étaient eux aussi en période de préparation, les voilà en quarantaine jusqu’au 4 août…