Passer au contenu principal

IndustrieSulzer provisionne 60 millions pour restructurer

Sulzer prend des mesures pour faire face à l’impact de la crise du coronavirus et à la chute des cours du pétrole.

Entre janvier et fin mars, le conglomérat industriel a engrangé des commandes supérieures aux attentes d’analystes. Toutes les divisions du groupe ont affiché une bonne résistance. (archives)
Entre janvier et fin mars, le conglomérat industriel a engrangé des commandes supérieures aux attentes d’analystes. Toutes les divisions du groupe ont affiché une bonne résistance. (archives)
KEYSTONE

Sulzer s’organise face aux conséquences de la pandémie et à la chute des cours de l’or noir. Il a décidé de provisionner 60 millions de francs à cet effet. Le groupe industriel zurichois table désormais sur un bénéfice net semestriel nettement inférieur à celui de 2019.

Les détails concernant les mesures mises en œuvre dans les activités liées au pétrole et au gaz, notamment la production d’équipements destinés aux raffineries, seront dévoilés en parallèle à la performance semestrielle du groupe, le 24 juillet prochain, écrit vendredi l’entreprise établie à Winterthour.

Lors de la publication du premier partiel, Sulzer avait laissé entendre que l’impact de la pandémie devrait se faire sentir au deuxième trimestre. L’entreprise anticipait notamment un recul des dépenses d’investissements de l’industrie du pétrole, un de ses principaux débouchés, en raison de la chute des cours de l’or noir.

Commandes supérieures aux attentes

Sulzer s’attendait aussi à souffrir au niveau de ses autres activités du fait du ralentissement conjoncturel. Afin de faire face à la situation, le groupe avait annoncé une réduction de 60 millions de ses propres dépenses d’investissement et une coupe de 60 millions également au niveau des charges d’exploitation.

Entre janvier et fin mars, le conglomérat industriel a engrangé des commandes supérieures aux attentes d’analystes. Les ordres ont crû organiquement de 3,2% sur un an à 993,8 millions de francs, toutes les divisions du groupe ayant affiché une bonne résistance. Les ventes se sont quant à elles tassées de 2,2% en raison des fermetures temporaires de sites en Chine et en Inde.

Le groupe winterthourois avait dans la foulée abandonné ses objectifs annuels, maintenant cependant le versement d’un dividende de 4 francs par action au titre de 2019.

(ATS/NXP)