Passer au contenu principal

Le vocabulaire qui a fleuri avec la crise du Covid-19

Une kyrielle de mots nouveaux et d’expressions inédites émaille aujourd’hui nos conversations. De «confinement» à «gestes barrières», nous parlons tous coronavirus.

On ne parle pas aujourd’hui comme hier. Si c’est vrai de toutes les langues, nées pour évoluer, c’est plus juste que jamais depuis la déferlante du coronavirus. Sur ses talons, une ribambelle de mots neufs ou employés dans un sens nouveau. Qui, en janvier, parlait de confinement? De distance sociale ou de gestes barrières? Qui, à part une amicale de pneumologues, glissait dans la conservation respirateur, frottis nasal, intubation et patient zéro entre la poire et le fromage? À l’heure actuelle, tout le monde manie ces vocables savants avec une virtuosité qui réclame un passage sous microscope.

Lire aussi: «La France écoute le discours du père, la Suisse assiste à une réunion de famille»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.