Viola Amherd fait la leçon à l’industrie d’armement

Nouveaux avions de combatLa conseillère fédérale enjoint les entreprises à plus de transparence et à limiter leur appétit pour les compensations.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qu’est-ce qui a irrité le plus Viola Amherd, la cheffe du Département de la défense, depuis qu’elle est entrée en fonction au début de l’année? Elle l’a révélé jeudi à Berne devant un parterre de plus de 200 cadres militaires et patrons de l’industrie de l’armement. «Vous savez que je n’ai pas fait d’école de recrues. Donc le plus irritant, quand j’entrais dans une salle pour une réunion, c’est qu’il n’y avait que des hommes et qu’ils se levaient et se mettaient au garde-à-vous devant moi. Bon, cela s’est calmé un peu maintenant et cela ne m’effraie plus autant.»

L’anecdote a bien fait rire l’assemblée, qui se réunissait à la caserne de Berne sous l’égide de la Société suisse technique et armée. Mais la nouvelle patronne gris-vert, si elle sait parfaitement manier l’humour pour mettre l’auditoire dans sa poche, peut aussi se montrer tranchante. Elle a carrément fait la leçon aux pontes de l’industrie de l’armement.

D’abord, la Valaisanne estime qu’il faut plus de transparence dans les achats de l’armée. «La population doit savoir ce qu’on fait de l’argent de ses impôts.» Ensuite, elle se méfie comme de la peste des liaisons dangereuses et des retours d’ascenseur. Voilà pourquoi elle a interdit que des employés du Département de la défense participent à des manifestations organisées ou sponsorisées par des entreprises impliquées dans le projet des nouveaux avions de combat Air2030. Elle a prévenu que les règles régissant le sponsoring étaient encore en train d’être retravaillées. «Rien que le soupçon d’un conflit d’intérêts peut nuire au projet.»

«Un cas exceptionnel»

Enfin, la conseillère fédérale PDC aborde sans trembler le sujet qui fâche: les compensations pour l’industrie de l’armement suisse. Il faut savoir que, pour chaque acquisition d’armement à l’étranger, la Suisse demande à l’entreprise qui décroche le mandat de «compenser» à 100% le prix d’acquisition en achetant des biens ou des prestations auprès de l’industrie suisse. Pour l’achat des futurs avions, le Conseil fédéral estime cette fois qu’un taux de 60% suffit.

Viola Amherd sait que l’assemblée, sur ce point, lui est hostile. Alors elle met les choses au point. «Nous ne remettons pas en cause la règle des 100%, qui continuera à s’appliquer. Mais, là, il s’agit d’un cas exceptionnel. Avec 8 milliards pour la défense aérienne, nous avons affaire à un volume d’investissement record.» La cheffe du Département sort sa calculette et met en avant les millions et les milliards de francs. «L’industrie suisse bénéficiera de 600 millions par année d’investissement, soit le double du courant normal.» Et de faire miroiter les 7 milliards en dix ans que représentent les différentes acquisitions militaires.

L’assemblée masculine et cravatée écoute poliment. Il n’est pas sûr que les arguments portent. Car Viola Amherd a enregistré un premier revers en septembre. Le Conseil des États a exigé 100% de compensations, notamment à la demande des élus romands. Le dossier du nouvel avion de combat passe devant le Conseil national en décembre. Amherd espère y prendre sa revanche. Sinon, est-elle prête à transiger à 80%? «C’est de la responsabilité du parlement. Moi, j’en reste à 60%, comme le Conseil fédéral.»

Remous annoncés

Elle lance un dernier avertissement à l’industrie de l’armement. «Je suis ici entourée d’amis de la défense aérienne. Mais il faudra tirer à la même corde. Car si nous ne gagnons pas dans les urnes, il y aura zéro franc d’investissement!» La conseillère fédérale estime d’ailleurs que la campagne sera dure. La votation populaire est prévue en septembre ou novembre 2020. «Vous devez vous préparer d’ici là à ce qu’il y ait des remous, et même que de fausses nouvelles soient diffusées!»

Viola Amherd termine son show sur un ton plus léger et ironique. «Quand je suis arrivée au Département militaire, il n’y avait que 0,7% de femmes à l’armée. Maintenant, il y en a 0,8%. Vous voyez, j’ai déjà engrangé un beau succès…» L’assemblée du jour, qui doit compter trois femmes à tout casser, se gondole et comprend qu’il va falloir se féminiser un tantinet dans les années à venir.

Créé: 08.11.2019, 22h52

Articles en relation

Viola Amherd fait un pari osé avec son nouveau chef de l’armée

Nomination En choisissant un civil qui ne maîtrise pas bien français, la Ministre prend le risque de heurter les Romands et les officiers de carrière. Plus...

Keller-Sutter et Amherd sont jugées les plus compétentes du collège

Sondage Malgré leur style opposé, les deux nouvelles ministres caracolent en tête de l’enquête de satisfaction réalisée par Tamedia. Plus...

Nicollier recommande l’achat d’une quarantaine d’avions de combat

Armée Sollicité par la ministre Viola Amherd, le Vaudois lui conseille de ne pas être minimaliste quant à l’avenir de la défense aérienne et de permettre aux Suisses de voter sur un principe. Plus...

Viola Amherd nommera-t-elle une femme à la tête de l’armée?

Suisse La succession de Philippe Rebord a commencé. Vu sa sensibilité, la ministre pourrait choisir une cheffe. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les 30 ans du mur de Berlin
Plus...