Passer au contenu principal

Viola Amherd fait la leçon à l’industrie d’armement

La conseillère fédérale enjoint les entreprises à plus de transparence et à limiter leur appétit pour les compensations.

Keystone

Qu’est-ce qui a irrité le plus Viola Amherd, la cheffe du Département de la défense, depuis qu’elle est entrée en fonction au début de l’année? Elle l’a révélé jeudi à Berne devant un parterre de plus de 200 cadres militaires et patrons de l’industrie de l’armement. «Vous savez que je n’ai pas fait d’école de recrues. Donc le plus irritant, quand j’entrais dans une salle pour une réunion, c’est qu’il n’y avait que des hommes et qu’ils se levaient et se mettaient au garde-à-vous devant moi. Bon, cela s’est calmé un peu maintenant et cela ne m’effraie plus autant.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.