Passer au contenu principal

Viola Amherd impose sa «coolitude» à la Défense

La Valaisanne séduit tant la troupe que les élus. Ce mélange de rigueur et décontraction fait de ses 100 jours une période dorée.

Politicienne discrète, Viola Amherd préfère le travail en coulisses aux feux des projecteurs.
Politicienne discrète, Viola Amherd préfère le travail en coulisses aux feux des projecteurs.
Keystone

Le contraste est saisissant. Alors que Karin Keller-Sutter invitait les médias sur le lac de Constance à l’occasion de ses trois premiers mois au gouvernement, Viola Amherd, elle, décidait de ne rien faire. «Tous les conseillers fédéraux ne font pas forcément un bilan après cent jours, justifie Lorenz Frischknecht, porte-parole au sein du Département de la défense. Viola Amherd s’exprime lorsqu’elle a quelque chose à dire.» Depuis le début de son mandat, elle a déjà tenu deux conférences de presse importantes: le message sur armée avec un investissement de 2 milliards et la privatisation partielle de RUAG. La Haut-Valaisanne serait-elle discrète? Plutôt maligne. Dimanche, elle était l’invitée de Darius Rochebin dans son émission «Pardonnez-moi», sur le plateau de la RTS.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.