Passer au contenu principal

SuisseLa viande crue pour les chiens présente un danger

Des chercheurs zurichois ont analysé plus de 50 échantillons de viande crue pour chiens. Certains produits contenaient des bactéries nuisibles pour l'humain.

Plus de la moitié des échantillons analysés contenaient des bactéries résistantes aux antibiotiques. (Photo d'illustration)
Plus de la moitié des échantillons analysés contenaient des bactéries résistantes aux antibiotiques. (Photo d'illustration)
Keystone

Les aliments crus pour chiens dits BARF contiennent des bactéries multirésistantes dans un cas sur deux, selon une étude de chercheurs zurichois. Des germes qui peuvent également être dangereux pour l'être humain.

Le régime BARF (Biologically Appropriate Raw Food ou nourriture crue biologiquement appropriée) vise à donner à son animal domestique une nourriture aussi proche que possible du régime qu'il adopterait dans la nature. Pour le chien, il se compose de viande crue, d'abats, d'os et d'un peu de fruits ou de légumes.

De nombreux produits et compléments alimentaires BARF sont proposés sur le marché. L'équipe de Roger Stephan, de l'Université de Zurich (UZH), a analysé 51 échantillons de viande crue provenant de différents détaillants en Suisse.

Résultats: plus de la moitié (61%) contenaient des bactéries résistantes aux antibiotiques à large spectre, rapportent les chercheurs dans la revue britannique Royal Society Open Science.

En outre, 73% dépassaient le seuil recommandé pour les entérobactéries. Deux échantillons contenaient des salmonelles, deux autres des souches de bactéries Escherichia coli porteuses d'un gène de résistance à l'antibiotique de dernier recours colistine et capables de le transmettre à d'autres bactéries.

«Vraiment effrayant»

Que l'on trouve dans plus de 60% des échantillons de telles bactéries est jugé «vraiment effrayant» par l'auteure de l'étude Magdalena Nüesch-Inderbinen, citée dans un communiqué de l'UZH. Certaines d'entre elles, de type E. coli, peuvent provoquer des infections chez l'humain et d'autres espèces animales.

Pour les scientifiques, cette méthode nutritionnelle constitue un facteur de risque important pour la transmission de germes résistants aux antibiotiques. Les propriétaires d'animaux entrent en contact avec les bactéries lors de la préparation de la nourriture. La transmission est également possible lors des contacts avec l'animal au sein du ménage.

Conclusion: il faut une prise de conscience des risques et une hygiène stricte lors de la préparation de la pâtée. Dans une précédente étude, les chercheurs zurichois avaient déjà démontré que les souches bactériennes résistantes aux antibiotiques sont largement répandues chez les chiens et les chats.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.