«Avec Isabelle Chassot, je veux renforcer la culture»

Conseil fédéralAlain Berset a nommé mercredi Isabelle Chassot, une personnalité forte pour piloter l'Office fédéral de la culture. Le ministre de la Culture s’en explique.

«La nomination de Mme Chassot par le Conseil fédéral est un premier pas dans le sens d'un renforcement souhaité de la politique culturelle», explique Alain Berset.

«La nomination de Mme Chassot par le Conseil fédéral est un premier pas dans le sens d'un renforcement souhaité de la politique culturelle», explique Alain Berset. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre de la Culture entend renforcer les moyens, le rôle et les attributions de l’Office fédéral de la culture. Son premier geste fort: nommer Isabelle Chassot. La conseillère d’Etat fribourgeoise démocrate-chrétienne est une personnalité forte de la politique suisse. Son implication dans tout le processus HarmoS a marqué le paysage des écoles en Suisse. Interview d’Alain Berset qui s'explique sur le choix d'une politique avertie plutôt que sur un technicien de la culture.

la Tribune de Genève - Pourquoi avoir nommé Isabelle Chassot à la tête de l’Office fédéral de la culture?

Alain Berset - Le premier élément, c’est évidemment la compréhension, la manière qu’elle a d’aborder les questions culturelles. Une vision large. La culture est très importante pour la cohésion nationale. La culture dit aussi beaucoup sur l’identité, sur la façon dont nous fonctionnons. En particulier dans un pays comme la Suisse avec plusieurs langues, plusieurs régions. Mme Chassot avec les expériences qu’elle a pu mener ces dernières années a été très souvent en lien avec les questions culturelles. J’ai notamment eu affaire à elle dans le cadre du Dialogue national sur la culture. Au-delà de ça, l’expérience et la connaissance des processus politiques sont importantes.

Vous êtes allés chercher Mme Chassot: c’est le réseau fribourgeois qui fonctionne…

Non, je l’ai simplement invitée à postuler. Ni plus ni moins. Ensuite, c’est elle qui a pris sa décision de le faire ou pas. C’est une pratique assez courante dans ce genre de situations de voir quelles sont les personnes qui se sont annoncées, de voir s’il y a d’autres personnes qui devraient le faire. A la fin, il y a une procédure tout à fait normale et complète. Et le Conseil fédéral est arrivé à la conclusion qu’elle avait toutes les compétences pour reprendre cet office important pour la Suisse.

L’Office fédéral de la culture important...

Oui, je souhaite lui donner plus de force, lui accorder plus d’importance, m’y intéresser davantage de manière active. Ce que j’ai commencé à faire déjà. Et la nomination de Mme Chassot par le Conseil fédéral est un premier pas en ce sens.

Une femme romande: était-ce un critère déterminant?

Ce n’était pas l’élément à la base de la réflexion. A la fin, c’est une femme romande. Cela tombe bien, mais ce n’était pas le point de départ. Nous cherchions une personnalité forte, capable de diriger l’office, capable de réunir les acteurs et de piloter le domaine de la culture avec les cantons, avec les villes. Parce que, encore une fois, c’est un domaine important pour notre pays.

L’expérience politique était donc plus importante que le profil culturel?

C’est un équilibre. Pour à la fois, aimer la culture, connaître le domaine mais il est clair que les capacités de conduite, et la connaissance des processus politiques et du fédéralisme sont des éléments qui jouent un rôle. On engage ainsi un ensemble de compétences.

Quelle est la feuille de route ou la vision de l’Office fédéral de la culture pour l’avenir qui vous a séduit chez Mme Chassot?

Vous me demandez de vous expliquer le processus qui nous a conduits au choix de Mme Chassot pendant les discussions. Laissez-nous le temps de décanter et vous présenter les résultats de nos réflexions. Mais, dans le fond, nous voulons renforcer la conscience, dans notre pays, que la culture est aussi ce qui fait notre cohésion nationale.

Créé: 08.05.2013, 16h38

Articles en relation

«La culture est un domaine où je souhaite apporter ma force!»

Culture A 48 ans, la PDC Fribourgeoise Isabelle Chassot est nommée à la tête de l’Office fédéral de la culture. C’est un gros transfert qui vient renforcer le Département d’Alain Berset Plus...

Isabelle Chassot à la tête de l’Office fédéral de la culture

Nomination Le Conseil fédéral a nommé mercredi la conseillère d’Etat fribourgeoise Isabelle Chassot à la tête de l'Office fédéral de la culture. Elle entrera en fonction en novembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...