Le Valais paie un très lourd tribut au gel printanier

AgricultureAu moins 40% du vignoble valaisan est fortement touché. Et la moitié de la récolte d'abricots est d'ores et déjà perdue.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Gérald Dayer aurait voulu ne jamais avoir à tenir la conférence de presse qu'il a organisée ce mardi matin à Châteauneuf, près de Sion. Le coeur lourd, le chef du Service cantonal de l'agriculture a évoqué «l'un des pires épisodes de gel printanier» que la viticulture valaisanne n'ait jamais connus. En trois nuits, du 18 au 21 avril, plus de 2000 hectares de vignes, situés entre Brigue et Martigny, ont subi des dommages irréparables. Autrement dit, 40% du vignoble est fortement touché par cette catastrophe. Alors que les évaluations se poursuivent sur le terrain, Pierre-André Roduit, chef de l'Office de la viticulture, parlent déjà «de 80 à 100% de pertes sur la majorité des parcelles concernées».

Si les pommiers, poiriers et cerisiers ont été épargnés, la situation s'avère tout aussi dramatique chez les producteurs du fruit emblématique du Valais. L'ensemble des abricotiers situé sur le coteau entre Charrat et Sierre est gravement atteint par le gel. Cela représente deux tiers des surfaces d'abricotiers du Valais, indique Jacques Rossier, chef de l'Office d'arboriculture et des cultures maraîchères. Seuls les arbres situés en plaine (200 hectares ont total) ont pu être efficacement protégés grâce à l'aspersion d'eau. S'il est trop tôt pour se prononcer de manière définitive, Jacques Rossier envisage une récolte d'abricots inférieure à la moitié de celle d'une année normale.

Une saison encore longue

A ce stade, les responsables de l'agriculture valaisanne expriment leur compassion à l'égard des milliers de viticulteurs et d'arboriculteurs touchés. «Beaucoup ont perdu la quasi totalité de leur production, donc de leur revenu, se désole Gérald Dayer. Il ne leur reste que le travail, qui sera plus difficile encore». Pierre-André Roduit approuve: «Il s'agit de soigner les vignes endommagées, dit-il. Les experts ne sont pas d'accord entre eux sur les techniques à adopter. Et la saison est encore très longue. D'autres phénomènes climatiques peuvent encore avoir des impacts». Selon lui, les dégâts sont si profonds qu'ils se feront encore sentir sur la vendange de l'an prochain.

N'aurait-il pas été possible de protéger davantage de cultures?« Les abricotiers situés sur le coteau ne peuvent pas bénéficier de l'aspersion, par manque d'eau», explique Jacques Rossier. En plaine, seule la proximité de la nappe phréatique permet de faire appel à cette protection contre le gel. Quant aux dispositifs de chauffage disposés dans les vignes, elle ne permettent généralement de faire remonter la température que de deux degrés. Or, le mercure est descendu jusqu'à -12 degrés par endroits, selon Pierre-André Roduit. «Et à partir de -4 degrés, la vigne grille.»

Une aide fédérale?

Les autorités valaisannes affirment qu'elles feront tout pour venir en aide aux producteurs concernés. Une aide cantonale, voire fédérale, sera sollicitée. «Je pense que c'est justifié au vu du caractère exceptionnel de cette situation», souligne Gérald Dayer. Il en va, selon lui, de la survie de certaines exploitations. Pour l'heure, son service ne peut proposer que des crédits d'aide sans intérêt. «Mais un crédit, ça ne remplace pas un salaire», convient-il.

A plus long terme, c'est la question d'une assurance sur les récoltes qui sera mise sur la table. Car actuellement, seule une infime minorité de producteurs est assurée contre un tel phénomène. Il n'existe pas d'assurance spécifique, rappelle Gérald Dayer. «La société d'assurance Suisse Grêle propose bien une option gel, mais dont les primes dissuadent les exploitants d'y souscrire.» Le chef du Service valaisan de l'agriculture dit avoir eu une entrevue avec le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann à ce sujet en février.

(TDG)

Créé: 25.04.2017, 14h52

Articles en relation

Le gel a touché la plupart des régions viticoles

Suisse L'assurance Suisse Grêle a reçu jusqu'ici 50 déclarations de sinistres de vignerons d'un peu partout dans le pays. Plus...

Les producteurs allument le chauffage dans les vignes

Météo La vague de froid qui s’abat sur le canton inquiète viticulteurs et arboriculteurs. Dans le Chablais, la lutte a commencé mardi. Plus...

La nuit a été glaciale sur le Plateau

Suisse Il va faire encore plus froid ces prochaines nuits, qui s'annoncent claires et sans vent, spécialement celle de jeudi à vendredi. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...