Passer au contenu principal

Malgré la vague verte, le bon vieux mazout cartonne

Deux bâtiments d’habitation sur trois sont encore chauffés au mazout en Suisse. Les efforts des Cantons tardent à payer.

Image d'illustration
Image d'illustration
Odile Meylan

Àl’approche de l’hiver, les chaudières tournent à plein régime durant les nuits redevenues fraîches. En Suisse, 90% du 1,5 million de bâtiments à usage d’habitation sont équipés d’un chauffage central. Les énergies fossiles (mazout et gaz) sont encore très largement utilisées puisqu’elles chauffent près de deux bâtiments sur trois. Malgré la volonté politique marquée des Cantons d’augmenter le taux d’assainissement de nos vieilles chaudières rejetant beaucoup de CO2, la transition écolo se fait tout en douceur. Loin des objectifs de la Stratégie 2050 de la Confédération et de l’Accord de Paris sur le climat. Le constat est frappant, alors que les Suisses votent de plus en plus écolo. Pourquoi tant de difficultés? «Pour sortir du fossile, le montant à investir est conséquent, répond Pauline de Salis-Soglio, secrétaire générale adjointe au Département genevois du territoire. Les incitations financières pour le remplacement de ces installations sont nécessaires mais insuffisantes. L’aspect législatif de ce dossier est indispensable pour atteindre l’objectif.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.