Passer au contenu principal

EnergieL'USAM pour une stratégie énergétique 2050 moins cher

L'Union suisse des arts et métiers dit «oui mais» à la Stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral, a-t-elle répété mercredi lors d'une conférence de presse à Berne.

Les moyens pour parvenir à une stratégie énergétique doivent être revus à la baisse, selon l'usam.
Les moyens pour parvenir à une stratégie énergétique doivent être revus à la baisse, selon l'usam.
Photo d'illustration, Keystone

Les moyens pour parvenir a une transition énergique, estimés aujourd'hui à quelque trois milliards de francs, devraient être revus massivement à la baisse afin d'éviter «une errance idéologique plus coûteuse» encore, estime l'Union suisse des arts et métiers (USAM).

La Stratégie énergétique ne peut fonctionner que si des mesures incitatives amènent les entreprises et les particuliers à y coopérer dans leur propre intérêt, a rappelé le vice-président de l'USAM Dino Venezia.

Le modèle doit être mis en oeuvre avec «pragmatisme». Appliquée à coup d'interdictions, de prescriptions et de réglementations, la dynamique sera perdue et vouée à l'échec. Pour être pragmatique, elle doit être basée sur la réalité et non pas sur des ambitions idéologiques et irréalistes, met en garde l'USAM.

La Suisse parmi les pionniers

Compte tenu de la raréfaction générale des ressources, mais aussi des efforts déployés au niveau mondial en matière de politique climatique, ménager et utiliser efficacement les ressources énergétiques est devenu un impératif, constate l'USAM. Les pays qui jouent à cet égard un rôle de précurseur - et la Suisse en est - ont beaucoup à y gagner.

Les PME helvétiques sont bien placées dans cette course à l'efficacité. Cela suppose toutefois que les conditions-cadre renforcent la liberté d'entreprendre et laissent jouer les mécanismes du marché, rappelle l'USAM.

Pas au-delà de 2020

L'organisation des petites et moyennes entreprises (PME) ne s'exprime que sur le premier train de mesures, insiste-t-elle. Les objectifs allant au-delà de 2020 ne doivent pas être inscrits dans la loi: sortir de ce cadre reviendrait à extrapoler des évolutions futures qui ne peuvent être évaluées actuellement.

Concernant les coûts, une escalade est à éviter absolument: si les estimations - 3 milliards de francs supplémentaires par année, selon l'USAM - devaient correspondre à la réalité, il est temps que le Parlement actionne le frein afin d'éviter une errance idéologique plus coûteuse encore, a déclaré le vice-président Dino Venezia.

Corrections nécessaires

Le secteur du bâtiment est primordial dans la perspective de l'efficacité énergétique. D'un seul trait, la Stratégie énergétique 2050 permet de corriger les problèmes les plus importants de l'actuel Programme Bâtiments, selon le directeur de l'USAM Hans-Ulrich Bigler.

Dans le cadre de ce programme, l'organisation faîtière des PME demande aux cantons un engagement financier plus important, au nom de la répartition équivalente des charges entre la Confédération et des cantons.

Mais l'usam escompte le plus d'effets d'une simplification radicale dans les normes de construction et les procédures d'autorisation. Réaliste, Hans-Ulrich Bigler ne s'attend toutefois pas à des changements dans ce domaine avant dix ans. Sur ces points, la Stratégie 2050 reste trop modeste, tout comme sur l'assouplissement en matière de déductions fiscales des investissements.

Assainissements «sparadrap»

La déductibilité liée à l'assainissement énergétique des bâtiments doit être étendue sur 5 à 7 ans au lieu d'une année, exige l'USAM. Ceci rendrait plus intéressants les assainissements globaux et les nouvelles constructions au lieu des assainissements «sparadrap».

L'expression est de Peter Burkhalter, directeur de l'association «Green Building» Suisse, qui rappelle qu'il est aujourd'hui plus simple de changer uniquement des fenêtres plutôt que de procéder à des rénovations globales. Ces assainissements partiels n'améliorent pas l'efficacité énergétique du parc immobilier, selon l'association qui soutient l'USAM.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.