Passer au contenu principal

Histoire«Ueli Maurer édulcore le passé pour le compte de l’UDC»

Martine Brunschwig Graf regrette l’instrumentalisation de l’histoire suisse à des fins politiques propres aux positions de l’UDC sur l'asile. C’est indigne d’un président de la Confédération

Désormais présidente de la Commission fédérale contre le racisme, Martine Brunschwig Graf (PLR/GE) reste encore très connectée à la vie sous la Coupole fédérale.
Désormais présidente de la Commission fédérale contre le racisme, Martine Brunschwig Graf (PLR/GE) reste encore très connectée à la vie sous la Coupole fédérale.
Patrick Martin

Présidente de la Commission fédérale contre le racisme, Martine Brunschwig Graf (PLR/GE) reste très connectée à la Berne fédérale. Bien qu'elle ait quitté le parlement fin 2011. Mais l’ex-vice présidente du PLR Suisse, juive par son père, est toujours d’une grande acuité sur les problématiques xénophobes, sans jamais tomber dans la caricature. Ainsi, elle ne surréagit pas au discours problématique d’Ueli Maurer sur le mode de l’indignation, mais elle décortique l’intention du président de la Confédération, qui selon elle, instrumentalise la question des réfugiés pour le bénéfice de son parti, l’UDC.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.