UE: les régions frontalières défendent la Suisse

Accord-cadreDes présidents de régions limitrophes à la Suisse estiment que le non-renouvellement de l'équivalence boursière crée une dynamique négative entre la Suisse et l'UE.

La lettre des présidents de région a été adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et mise en copie à sa successeure, Ursula von der Leyen.

La lettre des présidents de région a été adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et mise en copie à sa successeure, Ursula von der Leyen. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Neuf régions des pays limitrophes de la Suisse appellent Bruxelles à faire preuve de compréhension à leur égard. Après le différend sur l'équivalence des marchés boursiers, elles mettent en garde contre une spirale négative, qui pourrait porter préjudice à l'accord-cadre.

La lettre en anglais, envoyée le 2 septembre et que Keystone-ATS a pu se procurer, est adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et mise en copie à sa successeure, Ursula von der Leyen. Elle a été signée par neuf présidents régionaux d'Allemagne, de France, d'Italie et d'Autriche à l'initiative du Bade-Wurtemberg, a indiqué la «Neue Zürcher Zeitung» mercredi.

«Source de grande préoccupation»

Aucune critique n'est adressée à la Commission européenne. Les récents développements cependant sont «une grande source d'inquiétude», écrit le ministre-président du Bade-Wurtemberg Winfried Krestchmann. La Suisse est tenue de respecter les règles en vue de l'accord-cadre, le traité étant qualifié de «juste et équilibré». Toutefois, le non-renouvellement de l'équivalence boursière crée une dynamique négative entre la Suisse et l'UE, poursuit-il.

Les présidents régionaux craignent qu'un rejet par référendum de l'accord-cadre ne sape la base des traités bilatéraux - avec des conséquences économiques négatives pour les régions voisines. Ils soulignent ainsi que la Suisse, en tant que démocratie semi-directe, doit accorder une attention particulière à l'inclusion de tous les groupes concernés. Ils préconisent donc plus de compréhension: «Il est important de réagir avec prudence et de donner à la Suisse suffisamment de temps pour associer tous les groupes sociaux.» (ats/nxp)

Créé: 04.09.2019, 15h57

Articles en relation

Les fronts se sont durcis entre l'UE et la Suisse

Relations extérieures Les mesures de rétorsion de Bruxelles contre Berne dans l'affaire de l'équivalence boursière entrent en vigueur lundi. La situation pourrait encore se tendre plus. Plus...

Equivalence boursière: l'UE prise à son propre jeu

Accord-cadre En interdisant à son propre secteur financier le négoce des actions suisses, Bruxelles renforce l'attractivité de la Bourse suisse. Plus...

Berne active la mesure pour protéger la Bourse

Suisse Faute de prolongation d'équivalence boursière de l'Union européenne, la Suisse a décidé d'agir jeudi. Plus...

Équivalence boursière: Berne dispose d'un plan B

Suisse - UE La Confédération dit avoir une solution au cas où l'UE ne reconduirait pas l'équivalence boursière, à la fin du mois de juin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...