Passer au contenu principal

Fédérales 2019L'UDC soutient à reculons le PLR Olivier Français

Non sans grincer des dents, l'UDC vaudoise soutient le PLR Olivier Français pour le 2e tour aux Etats. Objectif: faire barrage à la gauche.

Image d'archive
Image d'archive
Keystone

Réunie en congrès lundi soir à Combremont-le-Grand, l'UDC a décidé de ne pas se présenter au 2e tour du 10 novembre. Mais le parti a surtout choisi de soutenir la candidature du PLR Olivier Français. Le conseiller aux Etats sortant s'est placé en troisième position (29,23%) à l'issue du premier tour, derrière le ticket de gauche composé de la Verte Adèle Thorens Goumaz (39,90%) et de la socialiste Ada Marra (39,66%).

Si le vote des démocrates du centre est net (63 «oui», 32 «non»et 4 abstentions), il ne reflète pas les longs échanges et piques qui ont animé la soirée. Particulièrement lorsque Olivier Français et le président du PLR vaudois Marc-Olivier Buffat étaient sur place pour défendre «une droite unie».

Marchepied régulier

«L'UDC en a marre d'être votre marchepied régulier qui a permis à bon nombre de vos candidats de gagner des élections», a ainsi lâché le président de l'UDC vaudoise Jacques Nicolet qui quittera son poste pour la fin de l'année. Et d'ajouter aux délégués: «Je ne vais pas vous appeler à soutenir le PLR, mais à faire barrière à ces gauchistes arrogants!». Tonnerre d'applaudissements.

Olivier Français a encaissé. «On est au même point qu'il y a quatre ans» (ndlr: où il s'était placé en troisième position derrière le ticket rose-vert Géraldine Savary et Luc Recordon et avait finalement pris le siège de l'écologiste). «Peut-on réaliser ce que d'aucuns appelaient l'impossible? Oui, bien sûr», a-t-il lancé.

L'UDC est par ailleurs revenu sur ses résultats aux élections fédérales tombés la veille. «Résultats très décevants», a reconnu Kevin Crausaz, secrétaire général. Au National, la formation a perdu un de ses sièges passant de quatre à trois élus.

Parmi les explications avancées: la vague verte, les médias, l'absence de locomotive comme Guy Parmelin, mais pas uniquement. «Nous n'avons pas réussi à mobiliser suffisamment notre électorat traditionnel», a reconnu Kevin Crausaz. Le parti ne se dit toutefois pas abattu et «va prendre les mesures qui s?imposent pour revenir plus fort».

Vert'libéraux

Les Vert'libéraux ont eux décidé dans la soirée d'appeler à voter pour Olivier Français et Adèle Thorens Goumaz, répétant leur mot d'ordre (1 Vert et 1 PLR) d'il y a quatre ans. Au vote, le soutien à Adèle Thorens a été un peu plus marqué.

Les jeunes Vert'libéraux ont manifesté une certaine «mauvaise humeur» à l'égard d'Olivier Français, qui manque, à leurs yeux, de vision verte, a expliqué à Keystone-ATS François Pointet, président du parti cantonal.

Ada et Adèle rempilent

Sans surprise, les socialistes et les Verts, également réunis en assemblée, ont reconduit leur ticket commun Ada Marra et Adèle Thorens Goumaz. Les chances sont bonnes pour retrouver deux sièges rose-vert aux Etats, ont écrit les Verts dans un communiqué. Mais les deux partis resteront mobilisés et promettent une campagne de terrain «engagée» jusqu'au 10 novembre.

Le POP soutient lui le ticket de gauche «dans une volonté de faire barrage à la droite». Le dépôt des listes pour le deuxième tour est fixé à mardi 12h30.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.