Passer au contenu principal

Trains et cars postaux vont tester un billet électronique national

Les CFF, CarPostal et BLS souhaitent harmoniser le système pour tout le pays.

L'application Lezzgo a été adaptée afin d'être testée au niveau national.
L'application Lezzgo a été adaptée afin d'être testée au niveau national.
Keystone

Aujourd’hui, il est déjà possible dans certaines régions d’entrer et sortir d’un train et payer plus tard via une application. Le système pourrait être étendu dans l’ensemble du pays. Les CFF, CarPostal et BLS testent depuis mardi l’application «Lezzgo Plus» auprès de 200 clients afin de déterminer sa viabilité au niveau national. Destiné aux voyageurs occasionnels ne disposant pas d’un abonnement général, le procédé est simple: le voyageur signale sur son téléphone son entrée dans un véhicule, puis son arrivée à destination, peut importe combien de changements il a effectué ni le temps qu’il a mis.

Le coût du trajet est ensuite débité de sa carte de crédit, et ce au meilleur tarif, assurent les compagnies de transports: un passager pourra par exemple voyager de Lausanne à Genève en empruntant des véhicules TL, CFF puis TPG avec un seul billet numérique. Plus besoin donc de se soucier des zones traversées, ni des différentes conditions tarifaires des compagnies de transports, ni de la temporalité. «L’application offre un prix harmonisé entre les compagnies pour le trajet effectué, précise Donatella Del Vecchio, porte-parole des CFF. Le client n’aura qu’à activer les données de géolocalisation sur son portable.»

L’ambition des trois entreprises est de proposer un système qui séduise les 200 compagnies de transports du pays. Toutes trois ont testé chacune de leur côté sa propre application. C’est finalement celle développée par BLS qui a été choisie. «Lezzgo» est déjà utilisée par 10’000 utilisateurs et couvre les réseaux des communautés tarifaires Mobilis (VD), Onde verte (NE), Libero (BE-SO) et Passepartout (LU-OW-NW). Les concepteurs ont toutefois procédé à quelques ajustements, par exemple en prévoyant les oublis. Dans sa précédente mouture, le client étourdi oubliant de signaler la fin de son trajet risquait de payer bien plus cher. Désormais, la saisie du voyage peut se faire après coup. Enfin, des notifications de rappel peuvent être activées. «S’il le souhaite, le passager peut par exemple recevoir une notification lorsqu’il a atteint l’arrêt à proximité de son domicile ou de son travail», ajoute Donatella Del Vecchio.

La phase de test s’étendra jusqu’en septembre 2017.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.