Tournant crucial pour les éoliennes de la Vallée de Joux

EnergieLe plan du plus vieux projet éolien du canton, lancé il y a dix ans, est soumis à l’enquête. Des oppositions se profilent déjà, tandis que la Confédération devra trancher.

Michel Bongard, secrétaire vaudois de Pro Natura, dit vouloir déposer une opposition de principe contre le projet.

Michel Bongard, secrétaire vaudois de Pro Natura, dit vouloir déposer une opposition de principe contre le projet. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les sept éoliennes prévues depuis 2005 dans cet alpage du bout de la vallée de Joux ne sont pas prêtes de tourner. Mardi, la commune du Chenit mettait à l’enquête le plan partiel d’affectation, étape préalable à la mise à l’enquête propre de ces grandes éoliennes de 206,5 m au sommet, capables de fournir un total de 60 millions de kW.

Il faudra toutefois compter avec l’opposition de principe des écologistes de Pro Natura, qui contestent l’implantation du parc éolien dans ce périmètre de paysage protégé par la Confédération (IFP). «Ces zones ont été choisies afin de les préserver des pressions et des activités économiques, argumente le secrétaire vaudois, Michel Bongard. Pour nous, y placer une zone industrielle n’est pas compatibles.» Et de contester également les radars mis en place afin d’arrêter les hélices en cas de passages de l’avifaune. «C’est un défi technique» dit-il. «Nous avons aussi demandé et obtenu une étude globale de l’impact des parcs éoliens sur l’ensemble de l’arc jurassien, qui n’est toujours pas finie.» Le WWF avait pour sa part trouvé un terrain d’entente avec les porteurs du projet, dont la commune du Chenit.

C’est toutefois la Confédération qui sera appelée à trancher de manière définitive. Le canton de Vaud a en effet demandé également ce mardi une modification du périmètre paysager protégé. L’idée est de retirer l’alpage visé par les éoliennes, et d’ajouter à l’inventaire un secteur «qualitatif» qui n’a toutefois toujours pas été choisi. L’accord, ou non, du Conseil fédéral est attendu dans tous les cas avant la mise en application d’une modification de la loi sur les énergies qui assoupli les conditions d’implantations des centrales d’énergies renouvelables.

La Société électrique de la vallée de Joux espère pouvoir construire ses premières hélices en 2017.

Créé: 25.11.2014, 18h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.