Toujours plus de femmes au Fonds national suisse

SuisseLa directrice du FNS, Angelika Kalt, se félicite de l'augmentation constante de la part des chercheuses dans les projets.

Pour Angelika Kalt, le climat de travail étant encore très masculin, nombreuses sont celles qui abandonnent une carrière scientifique. (Image d'illustration)

Pour Angelika Kalt, le climat de travail étant encore très masculin, nombreuses sont celles qui abandonnent une carrière scientifique. (Image d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La part des chercheuses dans les projets du Fonds national suisse (FNS) a constamment augmenté en dix ans pour atteindre 30%, selon la directrice Angelika Kalt. Toutefois, les femmes sont encore trop rares dans l'enseignement tertiaire.

«L'étape de la carrière entre le doctorat et le professorat demande souvent d'accepter des conditions de travail difficiles: la pression d'être flexible, mobile et performant, les contrats de travail de durée courte, les hiérarchies prononcées», souligne-t-elle dans une interview publiée jeudi dans «La Liberté» et «Le Courrier». Et d'ajouter que «cette phase coïncide souvent avec la fondation d'une famille».

La directrice du Fonds national de la recherche scientifique pointe aussi la brièveté des congés parentaux en Suisse et l'insuffisance de l'infrastructure parascolaire pour expliquer le manque de femmes dans l'enseignement universitaire et les hautes écoles. En plus, le climat de travail étant encore très masculin dans ces dernières, nombreuses sont celles qui abandonnent une carrière scientifique.

Des encouragements

Des lacunes qu'a voulu partiellement combler le FNS en lançant en 2017 son programme d'encouragement PRIMA pour les chercheuses au niveau postdoc, rappelle Angelika Kalt. Celui-ci «a reçu une grande attention» de leur part, poursuit-elle. «A chaque mise au concours, environ 130 candidates ont postulé. Le budget suffit pour financer environ 20 subsides PRIMA par année.»

La directrice du FNS indique par ailleurs dans cette interview que le nombre de demandes de financement par le FNS pour des projets de recherche est évalué à environ 6000 par année. Un peu moins de la moitié sont effectivement financés par l'institution. Selon ses estimations, environ un projet sur sept concerne les sujets de préservation de l'environnement ou des énergies renouvelables.

«Vaste réseau politique»

Angelika Kalt a aussi été interrogée sur l'ex-conseiller national UDC Jürg Stahl, président depuis janvier du conseil de fondation du FNS après nomination par le conseiller fédéral Guy Parmelin. «Son vaste réseau politique lui sera utile pour faire comprendre et défendre l'importance de la recherche pour la Suisse», relève-t-elle.

Le conseil de fondation est l'organe de surveillance du FNS, qui travaille avec des fonds publics sur mandat de la Confédération. Angelika Kalt est directrice de l'institution depuis avril 2016, après en avoir été directrice suppléante dès 2009. Durant les neuf années précédentes, elle était professeure ordinaire de pétrologie et géodynamique à l'Université de Neuchâtel. (ats/nxp)

Créé: 27.02.2020, 04h52

Articles en relation

Un Genevois crée un langage mathématique

Physique Le chercheur Nicolas Gisin propose de changer le langage mathématique parlé par la physique classique pour faire place à l’indéterminisme et offrir un futur ouvert. Plus...

Berne veut verser 28 milliards à la formation

Suisse Le Conseil fédéral propose de libérer ce montant pour les 4 prochaines années afin de subventionner la formation et la recherche. Plus...

À la recherche d'esprits créatifs et innovants

À l’affût de futur(e)s étudiant(e)s décidé(e)s à relever les défis de demain avec compétence et conscience, la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève ouvre ses portes les 13 et 14 mars. Plus...

Le Fonds national suisse libère des millions pour la recherche

Le Fonds national suisse (FNS) libère plusieurs millions de francs pour la recherche autour du coronavirus. Des chercheurs de toutes les disciplines peuvent s'annoncer. C'est la première fois que l'institution met à disposition des moyens pour une situation d'urgence. Un appel à candidatures sera lancé le 6 mars, avec une échéance dans la deuxième quinzaine du mois, a annoncé le FNS sur Twitter mercredi soir. Les résultats doivent contribuer à une meilleure compréhension du virus ainsi qu'étudier la réponse clinique à apporter et l'impact sur les soins de santé dans un horizon temporel de deux ans. L'appel à candidatures se base sur le programme de recherche de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), écrit le FNS. Il embrasse les priorités de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et répond également à l'évaluation propre du Fonds national suisse.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: les courbes s'aplanissent
Plus...