Passer au contenu principal

PollutionDes tonnes de munitions au fond des lacs suisses

L’armée a immergé, jusqu’en 1967, 8210 tonnes de munitions dans plusieurs lacs. Les autorités suisses renoncent à les repêcher. Une telle opération serait dangereuse et nuirait à l’environnement.

Sous le lac de Thoune, des munitions resteront immergées.
Sous le lac de Thoune, des munitions resteront immergées.
Keystone

Les conclusions présentées vendredi à la presse par le Département fédéral de la défense (DDPS) concordent avec celles de 2008.

L'armée a immergé des milliers d'obus dans les lacs de Thoune (4600 tonnes), de Brienz (280 tonnes) ainsi que dans celui des Quatre-Cantons: lac d'Uri (2800 tonnes) et bassin de Gersau (530 tonnes).

Recouverts d'une couche de vase

Il s’agissait en majeure partie de résidus provenant des fabriques de Thoune (BE) et Altdorf (UR). Un tiers du lot est en outre constitué de vieilles munitions datant de la Seconde Guerre mondiale, a rappelé la secrétaire générale du DDPS Brigitte Rindlisbacher.

Ces obus sont encore en bon état. Dans le lac des Quatre-Cantons, il n'y a pratiquement que des munitions intactes et non explosées, selon le chef de l'Office uranais de la protection de l'environnement Benno Bühlmann.

La plupart des lots, qui sont disséminés sur de grandes surfaces, sont recouverts d'une couche de vase mesurant de 25 centimètres à 2 mètres. Et chaque année, 3 à 8 millimètres de sédiments viennent s'y ajouter.

Pas de dangers pour la santé

Le risque que des substances s'échappent s'amenuise de jour en jour, a déclaré le chef de l'Office bernois des eaux et déchets Heinz Habegger.

Et d'écarter des dangers pour la santé. Les analyses détaillées des sédiments et de l'eau n'ont révélé aucune trace de polluants qui soit liée aux munitions. Les teneurs en substances explosives sont 100 à 1000 fois inférieurs à celles en médicaments ou en pesticides.

Selon M. Habegger, les 400'000 personnes qui boivent de l'eau provenant de la vallée de l'Aar peuvent continuer de le faire. Les traces de substances explosives observées dans les lacs de Thoune et Brienz sont 400 fois inférieures aux valeurs limites autorisées pour l'eau potable.

Elles ne sont pas liées aux munitions mais tirent leur l'origine des places de dynamitage de la région et des travaux liés au tunnel du Lötschberg.

Mystères sur le sexe des poissons

Reste toutefois un mystère, qui pourrait être éclairci en fin d'année: celui des modifications affectant les organes sexuels des féras du lac de Thoune. Ces changements ne sont toutefois pas liés aux munitions mais aux planctons consommés, a affirmé le chef d'office.

Risques d’explosion

Un repêchage impliquerait en outre un risque d’explosion, d’où un danger pour les êtres humains, la faune aquatique et l’écosystème. Il faudrait probablement interdire l’accès à une vaste zone des lacs et suspendre la navigation.

Face à tous ces dangers, le DDPS a décidé, en accord avec les cantons concernés, de laisser les munitions au fond des lacs. Les sites feront toutefois l'objet d'une surveillance régulière afin de réagir à temps si la situation devait changer.

Elle sera assurée par les cantons en vertu d'une convention passée avec la Confédération. Les coûts seront répartis avec le DDPS.

Une décision sur la suite des opérations tombera en 2016.

ATS

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.