Tollé général après les déclarations de Benoît Genecand

Relations Suisse-EuropeEn critiquant la libre circulation, le PLR genevois s’attire les foudres de ses collègues de parti. L’UDC applaudit.

Vice-président du PLR, Christian Lüscher (GE) attend des explications de Benoît Genecand.

Vice-président du PLR, Christian Lüscher (GE) attend des explications de Benoît Genecand. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Bilatérales sont sacrées pour le PLR; toucher à la libre circulation des personnes relève du crime de lèse-majesté. En assumant publiquement son opposition, le conseiller national genevois Benoît Genecand (PLR/GE) a brisé un tabou (notre édition de vendredi) et déclenché de vives réactions. «Il devrait se demander s’il a choisi le bon parti», entend-on dans son propre camp. De quoi électriser l’ambiance de l’assemblée des délégués qui se tient ce samedi à Fribourg.

Lire l'interview de Benoît Genecand «Je suis contre la libre circulation des personnes»

Du côté des dirigeants du parti, l’agacement est palpable. «Sur le fond, je ne suis pas très étonné par le discours de Benoît Genecand, réagit Philippe Nantermod (VS), vice-président du PLR. Il le tient depuis que je le connais. Sa position est ultraminoritaire: il est seul sur 45 élus. Sur la forme, je trouve la démarche peu élégante. A part écorner l’image du parti, je ne vois pas ce que cela apporte.»

«Une position si minoritaire qu’elle en est négligeable, renchérit Christian Lüscher (PLR/GE), l’autre vice-président romand. Je regrette d’ailleurs qu’il ait fait le choix de s’épancher dans la presse. C’est un nouvel élu, il y a sans doute dans sa démarche une part d’amateurisme et d’attirance pour la lumière. J’en parlerai avec lui. Quand on est élu, on doit aussi défendre les principes qui guident l’action du parti et non jouer sa propre carte. Or le PLR reste persuadé que la voie bilatérale est la meilleure des solutions. Et, que je sache, Benoît Genecand a été élu sur la liste PLR.»

Président du groupe parlementaire PLR, Ignazio Cassis (TI) s’étonne quant à lui du manque de respect du principe de cohésion dont fait preuve le Genevois. «Nous sommes une équipe qui doit avoir une ligne claire et cohérente.»

Euroscepticisme

Les déclarations de Benoît Genecand résonnent bien au-delà de sa propre formation politique. «Il y a chez lui une fascination pour l’UDC et son succès», analyse Roger Nordmann (PS/VD). Le président du groupe socialiste rappelle que le Genevois fait aussi partie des frondeurs PLR qui s’opposent – avec l’UDC – à la stratégie énergétique. Sur la question européenne, le Vaudois attend une réaction forte des dirigeants libéraux-radicaux. «Ce genre de déclaration revient à importer les idées de l’UDC au sein du PLR. En l’absence de réaction claire, Benoît Genecand va grignoter des pans entiers du PLR. Or la libre circulation des personnes et, plus généralement, les accords bilatéraux font partie de l’ADN de ce parti, me semble-t-il.»

L’euroscepticisme affiché par Benoît Genecand intervient en effet à un moment charnière de la politique suisse. Sous l’influence de son nouveau président, Gerhard Pfister (ZG), le PDC s’est éloigné de la traditionnelle alliance en faveur des Bilatérales, préférant sa propre voie pour appliquer l’initiative «Contre l’immigration de masse». Si la préférence indigène light s’est imposée, c’est grâce au bloc PLR-PS. Bloc fragilisé par les déclarations du Genevois.

Ce qui n’est pas pour déplaire à l’UDC. «Je suis heureuse de voir qu’un PLR rejoint nos positions. Ça permettra à d’autres de sortir du bois, réagit Céline Amaudruz (GE), vice-présidente. Une partie de l’électorat de centre droit partage les craintes sur la libre circulation. La preuve, c’est que notre initiative «Contre l’immigration de masse» a été acceptée. Si un élu UDC avait tenu les mêmes déclarations, on aurait dit qu’il mettait l’économie en danger. En ce sens, cette prise de position libérale-radicale légitime notre discours.»

Position pragmatique

Il y en a un autre qui boit du petit-lait, c’est le très influent Roger Köppel (UDC/ZH). «Je ne connais pas Benoît Genecand personnellement, mais il a tout à fait raison. Qu’un PLR s’affranchisse de la position dogmatique de son parti, c’est fantastique. C’est une prise de conscience pragmatique. L’accord sur la libre circulation ne fonctionne pas. Partout en Europe, il est critiqué. Il a même poussé les Britanniques à voter le Brexit. J’espère que d’autres au PDC et au PLR suivront son exemple.» (TDG)

Créé: 03.03.2017, 20h52

«Je suis heureuse de voir qu’un PLR rejoint nos positions. Ça permettra à d’autres de sortir du bois»

Céline Amaudruz
Vice-présidente de l’UDC Suisse

«Ce genre de déclaration revient à importer les idées de l’UDC au sein du PLR»

Roger Nordmann
Chef du groupe socialiste
aux Chambres fédérales

«Le PLR reste persuadé que la voie bilatérale est la meilleure des solutions. Et, que je sache, Benoît Genecand a été élu sur la liste PLR»

Christian Lüscher
Vice-président PLR Suisse

Articles en relation

«Je suis contre la libre circulation des personnes»

Interview Benoît Genecand brise un tabou. Le libéral-radical genevois estime que la libre circulation profite au capital, mais pas aux travailleurs. Il faut donc envisager d’en sortir Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...