Thomas Minder dénonce une campagne de dénigrement

Votation du 3 marsLe père de l’initiative «contre les rémunérations abusives» – «Abzockerei» en allemand – accuse ses adversaires de s’en prendre à sa personne pour ne pas parler du contenu de son texte.

«User de mon nom pour construire des slogans du genre «voulez-vous plus ou moins?» - «mehr oder Minder» dénote un profond manque de respect», accuse Thomas Minder.

«User de mon nom pour construire des slogans du genre «voulez-vous plus ou moins?» - «mehr oder Minder» dénote un profond manque de respect», accuse Thomas Minder. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il en a gros sur la patate. Le père de l’initiative «contre les rémunérations abusives» Thomas Minder dénonce une campagne de dénigrement et une stratégie de détournement de la part de ses adversaires.

A l’instar des membres de son comité d’initiative qui se disent consternés par les méthodes d'EconomieSuisse et du lobby de l’économie. La dernière affaire en date, celle de l’achat des noms de domaine des sites Internet, est qualifiée «d’effarante et honteuse» par François Meylan.

Le secrétaire du PDC Vaud, François Meylan, est aussi coordinateur du comité pour le oui à Minder en Suisse romande. «C’est légal certes. Mais qu’une organisation faîtière comme EconomieSuisse joue à ces petits jeux semble démontrer que celui qui a de l’argent peut acheter la démocratie: c’est inquiétant!», avance François Meylan.

Thomas «Moins» n’aime pas le jeu de mots

L’entrepreneur schaffhousois Thomas Minder qui défend son texte outre-Sarine dénonce, lui évidemment, une sale campagne. «En Suisse alémanique, mes adversaires n’utilisent que le mot «Minder», qui en allemand signifie moins», affirme Thomas Minder.

Et de poursuivre: «Même un membre du Conseil fédéral comme Johann Schneider-Ammann s’est permis, lors d’une allocution, de faire des jeux de mots avec «mehr oder Minder». User de mon nom pour construire des slogans du genre «voulez-vous plus ou moins?» – «mehr oder Minder» dénote un profond manque de respect», accuse Thomas Minder.

Mais le sénateur schaffhousois y voit davantage que de simples écarts de langage dans un contexte émotionnel de débat politique. «Je constate une stratégie claire d’EconomieSuisse: tant qu’on joue sur mon nom et ma personne, on ne parle pas du contenu de mon initiative. «Abzocker»: c’est très fort», analyse Thomas Minder.

Une stratégie pour détourner l’attention?

Effectivement, le terme «Abzocker», qui peut être traduit par magouilleur en français, est associé en Suisse alémanique spécifiquement aux scandales financiers. Et cela le père de l’initiative «gegen die Abzockerei» (en allemand) le souligne avec force.

«C’est ainsi que mes adversaires nomment mon texte «initiative Minder» alors qu’elle a un nom. Ils font tout pour éviter d’utiliser le mot «Abzocker», qui ici (ndlr: en Suisse alémanique) renvoie clairement aux échecs de Corti, d’Ospel et de Wuffli. Des «Abzocker» partis avec beaucoup d’argent après avoir fait capoter des entreprises», conclut Thomas Minder.

Créé: 22.01.2013, 13h33

Articles en relation

«EconomieSuisse joue avec la démocratie»

Initiative Minder Le lobby a acheté des noms de domaines contraires à ses positions pour gêner les supporters de l'initiative sur les rémunérations abusives. Ils dénoncent le manque de fair-play de leur puissant adversaire. Plus...

«Le débat sur l'initiative Minder n'a pas assez changé la donne»

Salaires abusifs Le débat sur les salaires abusifs a sans doute eu un effet sur les top managers, mais pas de réel impact, estiment les observateurs. Pour le directeur d'Ethos Dominique Biedermann, l'autorégulation a fait trop peu de progrès. Plus...

Le patron d'Ethos préfère le contre-projet à l'initiative Minder

VOTATION Dominique Biedermann a choisi de défendre le contre-projet plutôt que l'initiative Minder contre les rémunérations abusives. Il estime que le texte du parlement va plus loin en matière de droit des actionnaires. Plus...

«L'initiative Minder risque de punir la place économique»

Votation Pour le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, il est trop délicat de laisser le conseil d'administration prendre des décisions stratégiques en matière de rémunération. Plus...

Les Verts disent «oui» à l'initiative Minder

Assemblée Les Verts suisses ont confirmé samedi l'avis de leurs dirigeants en vue des votations fédérales du 3 mars. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...