Une Tesla n'échappe pas forcément au malus CO2

Canton du JuraLe Tribunal fédéral a confirmé la pratique de l'Office fédéral de l'environnement, qui avait imposé à un garagiste jurassien un malus prévu dans la loi sur le CO2.

Le Tribunal fédéral a débouté un garagiste jurassien qui avait importé deux Tesla non immatriculées.

Le Tribunal fédéral a débouté un garagiste jurassien qui avait importé deux Tesla non immatriculées. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La taxe de 47'000 francs infligée à un garagiste qui prétendait échapper au malus prévu dans la loi sur le CO2 en important deux voitures électriques non immatriculées est définitive. Le Tribunal fédéral confirme la pratique de l'Office fédéral de l'environnement.

Dans un arrêt publié mardi, la haute cour réfute la position de ce garagiste jurassien. Ce dernier avançait que le calcul des émissions de CO2 donnant lieu à un bonus ou à un malus était effectué sur la base des véhicules importés et immatriculés. Le Tribunal administratif fédéral avait déjà rejeté cette interprétation en août 2018.

Pour le Tribunal fédéral, cette double condition est contraire à la loi sur le CO2. Elle est trop restrictive et se heurte au fait que 95 à 98% des voitures sont introduites par des importateurs généraux qui ne les immatriculent pas nécessairement eux-mêmes. Or le but de la législation est d'inciter le secteur à promouvoir des véhicules à faibles émissions en le menaçant de sanctions financières en cas de dépassement des valeurs cibles.

Tour de passe-passe

A fin 2014 et début 2015, le garage avait reçu deux Tesla, commandées auprès d'une société spécialisée dans les voitures électriques. Les deux véhicules avaient été importés en Suisse mais pas immatriculés. Le garage avait ensuite exporté les Tesla avant de les réimporter et de les immatriculer en vue de leur vente.

A fin 2015, l'Office fédéral de l'environnement (OFEN) avait indiqué qu'il ne pouvait pas prendre en compte ces deux voitures électriques dans le calcul des émissions moyennes de CO2 des véhicules vendus par le garage. L'OFEN justifiait sa décision par le fait que le responsable en matière d'émissions était le premier importateur.

La législation sur les émissions de CO2 prévoit que des valeurs cibles moyennes sont fixées chaque année aux importateurs pour les voitures qu'ils font entrer en Suisse. Des bonus ou des malus leur sont accordés ou facturés selon qu'ils respectent ou dépassent ces objectifs. (arrêt 2C_778/2018 du 11 juin 2019) (ats/nxp)

Créé: 25.06.2019, 12h19

Articles en relation

Tesla ne suffit pas pour échapper à la taxe CO2

Suisse Un garage jurassien voulait abaisser les émissions de son parc de véhicules et échapper à la taxe CO2 à coups de Tesla. Le Tribunal administratif fédéral a mis son veto. Plus...

Voitures électriques: Tesla franchit un seuil en Suisse

Automobile Tesla espère franchir en juin la barre des 10'000 véhicules livrés en Suisse depuis dix ans. Le groupe détient désormais une part de marché de 1,8%. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...