Terrorisme: vers un durcissement du droit

SuisseDans le cadre du renforcement de la lutte terroriste, le Conseil fédéral à transmis ce vendredi au Parlement un projet pour durcir le droit pénal.

Trois projets doivent renforcer la lutte antiterroriste : renforcement du droit pénal, prévention et mesures policières.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les terroristes devraient être sanctionnés plus durement. Le Conseil fédéral a transmis vendredi au Parlement un des trois projets visant à mieux armer la Suisse dans sa lutte contre le terrorisme.

Ce volet permettra de ratifier la Convention du Conseil de l'Europe pour la prévention du terrorisme et son protocole additionnel.

Le Code pénal sera complété par une interdiction de recrutement, d'entraînement et de voyage en vue d'un acte terroriste. Cette disposition s'appliquera tant aux groupes qu'aux individus isolés.

Modifications ciblées

Elle permettra à tout un chacun de comprendre quels sont les actes interdits et quelle est la peine encourue (privation de liberté jusqu'à cinq ans). Les appels au crime et l'apologie du terrorisme seront poursuivis en vertu des dispositions pénales sur l'incitation à la violence ou sur l'instigation.

Pas question pour autant de sacrifier la liberté sur l'autel de la sécurité, a souligné la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga devant la presse. Les modifications proposées restent ciblées

Peine maximale plus lourde

La loi interdisant Al-Qaïda, Daesh et les organisations apparentées en vigueur jusqu'à fin 2018 devrait devenir caduque. La loi sur le renseignement permettra en effet au Conseil fédéral d'interdire des organisations et de punir quiconque y participe ou les soutient.

Le Conseil fédéral propose d'y relever la peine maximale encourue à cinq ans de privation de liberté au lieu de trois. Les autorités fédérales de poursuite pénale devraient recevoir la compétence pour agir dans ce domaine.

La norme pénale contre les organisations criminelles sera actualisée et inclura les organisations terroristes. La peine maximale encourue en cas de soutien ou de participation à une organisation terroriste passera de cinq à dix ans et celle qui vise les membres dirigeants à 20 ans de prison. Pour ces derniers, la peine plancher pour l'infraction qualifiée sera finalement portée à trois ans d'emprisonnement.

Meilleure entraide

La collaboration avec l'étranger doit en outre être améliorée. «C'est un des points les plus importants de la lutte contre le terrorisme auquel aucun pays ne peut faire face seul», a estimé la ministre de justice et police.

Il faut accélérer l'entraide judiciaire, c'est crucial en cas de menace d'attentat. La Suisse doit aujourd'hui attendre la clôture formelle d'une procédure d'entraide judiciaire avant de fournir à d'autres pays des informations précieuses pour leurs enquêtes.

A l'avenir, il sera possible de transmettre de façon anticipée certaines informations et moyens de preuve. Devant les craintes exprimées en consultation, le gouvernement a toutefois limité cette possibilité à des situations exceptionnelles, soit pour prévenir un danger ou faciliter des investigations qui seraient sinon excessivement compliquées.

Equipes communes

Des équipes communes d'enquête pourront par ailleurs être formées. La loi sur le blanchiment d'argent sera elle aussi renforcée. La Suisse ne peut à l'heure actuelle intervenir qu'une fois qu'elle est en possession d'une communication de soupçons de blanchiment d'argent provenant d'un intermédiaire helvétique.

Résultat: plus de la moitié des demandes étrangères ne peuvent pas être traitées, a déploré la conseillère fédérale, soit selon le rapport, près de 5000 en 2016 et 2017. Avec la réforme, il sera possible d'agir en présence d'informations de partenaires étrangers.

Autres projets

Deux autres volets doivent renforcer la lutte antiterroriste. Fin 2017 déjà, les cantons, les villes, les communes et la Confédération ont adopté à l'unanimité le «Plan d'action national de lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent». La mise en oeuvre de ce volet de prévention a débuté. Le Conseil fédéral a débloqué une enveloppe de 5 millions pour soutenir des projets concrets.

Le troisième projet prévoit des mesures policières. Il vise à fournir à la police des moyens supplémentaires pour intervenir en dehors d'une procédure pénale contre des personnes potentiellement dangereuses.

L'obligation de s'annoncer régulièrement à un poste de police, l'interdiction de quitter le territoire et l'assignation à un lieu déterminé sont quelques-unes des possibilités prévues. Les résultats de la consultation sont en cours d'évaluation. (ats/nxp)

Créé: 14.09.2018, 18h05

Articles en relation

Un Suisse a été inculpé de terrorisme

Bulgarie Un jeune Suisse, porté disparu, a été arrêté à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie, avec des armes. Il voulait se rendre en Syrie. Plus...

Terrorisme: pas question de légiférer à tout-va

Suisse Le Conseil des Etats n'a pas voulu se lancer dans la surenchère puisqu'un paquet de mesures policières va bientôt être soumis au Parlement. Plus...

Les Suisses ont confiance en leur avenir

Sondage Les Suisses se sentent en sécurité mais estiment que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme politique doit être renforcée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...