Passer au contenu principal

Ce que la tempête Verte peut changer dans le pays

De Genève à Saint-Gall, les deux partis Verts engrangent plus de 20% des voix. Ils comptent bien mettre la question énergétique au cœur du débat. Mais les référendums rôderont

La présidente des Verts suisses, Regula Rytz (à dr.), et la conseillère nationale bernoise Natalie Imboden laissent éclater leur joie à l’annonce des résultats, dimanche à Berne
La présidente des Verts suisses, Regula Rytz (à dr.), et la conseillère nationale bernoise Natalie Imboden laissent éclater leur joie à l’annonce des résultats, dimanche à Berne
Keystone

La vague verte annoncée depuis des mois a bien déferlé sur la Suisse. Mais elle a frappé bien plus fort qu’on ne le pensait de Genève à Saint-Gall, emportant sur son passage des sièges de partis traditionnels qu’on pensait indéboulonnables. Les Verts progressent de 5,9%, les Vert’libéraux de 3,3%. À eux deux, les partis écolos totalisent désormais plus de 20% des voix. C’est beaucoup.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.