Le télescope spatial suisse est fonctionnel

EspaceCHEOPS a ouvert son couvercle et est désormais prêt à prendre ses premières images.

mpression de CHEOPS par l'Agence spatiale européenne (ESA).

mpression de CHEOPS par l'Agence spatiale européenne (ESA). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce moment-là était très attendu. Le mercredi 29 janvier, le couvercle du télescope spatial helvétique CHEOPS a été ouvert, avec trois petits jours de retard sur le calendrier préétabli . L’engin est maintenant totalement fonctionnel et va pouvoir prendre ses premières photos de l’espace. Objectif: réaliser des mesures ultraprécises de plusieurs étoiles et observer les petites variations de leur luminosité, signes qu’une exoplanète (planète située hors du système solaire) passe devant elles.

Projet mené par la Suisse et l’Agence spatiale européenne, CHEOPS a été conçu par l’Université de Berne en collaboration avec l’Université de Genève (UNIGE). C’est d’ailleurs au Science Operations Center installé à l’Observatoire de Sauverny (GE) que seront traitées les données récoltées par le télescope. Lequel a déjà livré des centaines d’images, mais complètement noires puisque son couvercle n’était pas ouvert. Elles n’ont cependant pas été inutiles, puisqu’elles ont servi à calibrer l’instrument.

Avec l’ouverture du couvercle, de nouvelles activités vont commencer. «Au cours des deux prochains mois, de nombreuses étoiles avec et sans planètes seront ciblées afin de contrôler la précision des mesures de CHEOPS dans différentes conditions», relève dans un communiqué Willy Benz, professeur en astrophysique à l’Université de Berne et responsable de la mission.

Ces «réglages fins» vont aussi contribuer à entraîner tous les aspects du segment dit «sol», puisque le centre opérationnel de la mission est installé près de Madrid, alors que le centre scientifique se trouve, lui, à Genève. Lancé le 18 décembre, le télescope, lui, est en orbite autour de la Terre à quelque 700 kilomètres d’altitude.

«Les données brutes de CHEOPS sont traitées dans ce que l’on appelle le pipeline de la réduction des données», informe de son côté David Ehrenreich, responsable scientifique de la mission à l’UNIGE. «L’exploitation complète des capacités de CHEOPS et de la segmentation terrestre prendra du temps, ajoute-t-il. Nous comptons cependant pouvoir analyser et publier les premières images d’ici une à deux semaines.»

Créé: 01.02.2020, 18h08

Articles en relation

L'ouverture du couvercle de CHEOPS reportée

Espace L'équipe du télescope spatial suisse veut optimiser certains paramètres de l'instrument. L'ouverture du couvercle du télescope, prévue pour le lundi 27 janvier, a été repoussée. Plus...

Mise sur orbite réussie pour le satellite suisse CHEOPS

Conquête de l'espace Le télescope spatial, dont le lancement avait été ajourné mardi, sera chargé de scruter des centaines d’exoplanètes. Plus...

Vivez en direct le lancement du premier satellite suisse

Le télescope CHEOPS a été imaginé et conçu principalement par des chercheurs des universités de Berne et de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...