Passer au contenu principal

SuisseLe système de contrôle des CFF pose problème

Samedi, l'ex-régie fédérale reconnaît avoir sous-estimé les difficultés liées à une nouvelle technologie de freinage.

L'introduction du nouveau système n'a pas été «optimale», ont reconnu les CFF.
L'introduction du nouveau système n'a pas été «optimale», ont reconnu les CFF.
Keystone

La nouvelle version du système de contrôle des trains des CFF ralentit l'arrivée des convois dans les gares jusqu'à 20 secondes. Bien que les correspondances avec d'autres trains aient pu être garanties jusqu'à présent, les CFF admettent avoir sous-estimé le problème.

Le système numérique modernisé ne permet au train de circuler qu'à une vitesse maximale de 15 km/h devant les signaux, au lieu de 40 km/h auparavant. Si le conducteur de la locomotive dépasse la limite des 15 km/h, même de façon minime, un freinage d'urgence est automatiquement déclenché, écrit sur son site internet le syndicat suisse des mécaniciens de locomotive et aspirants (VSLF).

Comme le freinage d'urgence met en danger les passagers souvent déjà debout dans les rames avant l'arrivée en gare, les mécaniciens freinent le plus tôt possible pour des raisons de sécurité, explique le VSLF. Le syndicat craint que les arrivées en gare plus lentes n'aient un «impact sérieux» sur la ponctualité des trains.

Introduction «pas optimale»

L'introduction du nouveau système n'a pas été «optimale», a reconnu auprès de l'agence de presse Keystone-ATS le porte-parole des Chemins de fer fédéraux (CFF) Martin Meier, confirmant une information diffusée samedi par les journaux alémaniques du groupe de presse TX, anciennement Tamedia. «Les CFF ont sous-estimé la décélération des véhicules en service réel».

La compagnie ferroviaire prend très au sérieux les incertitudes et les questions des mécaniciens, a ajouté le porte-parole. «Nous travaillons à l'amélioration de l'interaction entre le véhicule, l'exploitation et l'infrastructure», a-t-il précisé. Des essais sont effectués avec les conducteurs de trains pour résoudre le problème, selon Martin Meier.

Les trains de type Giruno, Flirt Lex et Régiolis (RER Genève), tout comme les ICE4 des Deutsche Bahn (DB), sont équipés du système ETCS Baseline-3.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.