Passer au contenu principal

Les Suisses s’opposent aux ventes d’armes dans les pays en guerre civile

Selon un sondage de Tamedia, l’initiative qui veut contrer le projet du Conseil fédéral recueille 55% d’avis favorables.

Image d'illustration
Image d'illustration
Keystone

Faut-il assouplir les règles en matière d’exportations d’armes, comme le souhaite le Conseil fédéral? Les citoyens semblent aussi méfiants à cet égard que le parlement. C’est en tout cas ce qu’indique un sondage en ligne de Tamedia: 55% des lecteurs qui y ont participé disent soutenir l’initiative populaire lancée pour contrer le projet du gouvernement. Ils sont 42% à la rejeter (voir l’infographie). L’enquête a été menée les 24 et 25 septembre auprès de 19 412 personnes. La marge d’erreur se situe à 1,3%.

Lors d’un débat urgent organisé mercredi dernier, le Conseil national a infligé un véritable camouflet au gouvernement sur la question du commerce du matériel de guerre. Il a approuvé par 97 voix contre 82 (et 11 abstentions) une motion issue du PBD demandant que les Chambres fédérales fixent dorénavant le cadre légal. Car le gouvernement a tout loisir aujourd’hui d’agir par voie d’ordonnance. En l’occurrence, pour répondre aux demandes d’une industrie d’armement à la peine, il a l’intention d’autoriser les ventes d’armes dans les pays en proie à des conflits internes.

Cette annonce, favorisée par la majorité de droite au Conseil fédéral, a heurté les défenseurs de la tradition humanitaire de la Suisse. La polémique n’a fait que croître au fil des mois. C’est ainsi qu’une coalition hétéroclite a brandi la menace d’une initiative qui interdirait toute exportation de matériel de guerre vers des pays en guerre civile, mais aussi vers les États qui violent systématiquement les droits de l’homme.

Cliquer pour agrandir

Selon le sondage de Tamedia, le soutien à ce texte s’avère particulièrement fort à gauche. Les sympathisants des Verts l’appuient à 70%, ceux du Parti socialiste à 63%, tandis que les Vert’libéraux sont 66% à se dire favorables. Dans le bloc bourgeois, cette part s’établit à 55% au PDC, à 53% au PLR et à 50% au PBD. Quant aux lecteurs proches de l’UDC, ils se montrent très partagés: 48% de non, 47% de oui et 5% d’indécis.

La pression sur le Conseil fédéral à ce sujet ne devrait pas retomber de sitôt. Le week-end dernier, les délégués du PS et des Verts ont décidé de soutenir cette initiative populaire dite «de rectification». Quant à la motion PBD acceptée par le National, elle sera prochainement débattue au Conseil des États.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.