Pourquoi les Suisses se passionnent pour la présidentielle française

ElyséeDécouvrez les 6 raisons qui font que les Helvètes raffolent de Macron, Fillon, Mélenchon, le Pen ou Hamon.

Les cinq principaux candidats à l'élection présidentielle française.

Les cinq principaux candidats à l'élection présidentielle française. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Alors, pour qui tu voterais dimanche si tu étais Français?» Voilà la question de base que se posent les Suisses francophones quand ils prennent un verre au bistrot avec un collègue ou vont manger chez des amis. S’ils veulent éviter un conflit potentiel, ils choisiront une formulation plus neutre et distanciée. Du style: «A ton avis, qui sera qualifié dimanche au 1er tour de la présidentielle française?»

Dans un cas comme dans l’autre, une chose est sûre. Les Helvètes se passionnent pour cette élection au sommet. Ils suivent les débats, commentent les faux-pas ou les petites phrases et s’amusent des vidéos parodiques qui émaillent la campagne. Pourquoi les Suisses s’intéressent-ils autant à cette élection qui ne les concernent pas directement?

Réponse en 6 points:

1/ Ils n’élisent pas leur président

La Suisse ne connaît pas d’élection présidentielle au suffrage universel. La plupart des citoyens se révèlent incapables de citer le nom de leur président vu qu’il change tous les ans. Il est issu d’un gouvernement de coalition de 7 conseillers fédéraux. Ces derniers sont élus tous les 4 ans par le Parlement et non par les citoyens. Quand un poste à l’Exécutif se libère, il n’y a pas d’affrontements entre les candidats. Tout se déroule à fleuret moucheté. Et à la fin, c’est en général le candidat le plus consensuel, issu du bon parti, de la bonne région géographique et linguistique qui l’emporte. Pas très sexy. Alors les Suisses ne résistent pas à se délecter du choc des candidats français, au profil et au discours très marqués.

2/ Ils aiment les joutes oratoires

Suivre une campagne politique française, c’est un régal pour les oreilles et les yeux. Dans l’arène médiatique, ces professionnels de la politique que sont Le Pen, Mélenchon and Co savent manier le verbe, attaquer sans ménagement l’adversaire ou repousser habilement les critiques. Les candidats y subissent un véritable parcours du combattant. La séquence Angot-Fillon, c’est du grand Barnum télévisuel. En Suisse, tout cela s’avère impossible. Les parlementaires ne sont pas des professionnels de la politique puisqu’ils exercent un métier. Leur art oratoire n’est pas aussi flamboyant. Et les grands combats portent avant tout sur des sujets et non sur des personnes: la fin du nucléaire, les contingents sur l’immigration, la limitation des rémunération abusives ou la hausse du montant de la retraite de base. Il y a donc moins de «combats de coqs» spectaculaires comme en France.

3/ Ils n’ont pas de grands «fauves» politiques

La Suisse compte 8,4 millions d’habitants. Soit près de 9 fois moins que la France. Elle a donc un réservoir de «bêtes politiques» inférieur au départ. Ajoutons à cela que la proportion se réduit encore quand on sait que les francophones, minoritaires dans le pays, tournent autour des 2 millions. La politique nationale est donc clairement dominée par les Alémaniques. Le dernier grand tribun de la politique suisse, Christoph Blocher, aujourd’huivieillissant, n’a jamais vraiment séduit les foules francophones avec son français rudimentaire. La Suisse romande ne possède que des «bestioles» politiques. Un tribun comme Mélenchon ou Marine le Pen n’existe pas dans la partie francophone suisse.

4/ Ils se délectent des «affaires»

En Suisse, il y a des «affaires» mais elles n’atteignent pas l’intensité française. Un ministre des finances comme Cahuzac, poussé à la démission suite à ses mensonges sur sa fraude fiscale, on n’a jamais ça au niveau national. Il y a bien eu un scandale compromettant une ministre de la justice. C’était l’affaire Kopp mais elle date de près de 30 ans. Les affaires Fillon, et ses rebondissements multiples, ont donc tenu en haleine les Suisses ces derniers mois. Il y a d’ailleurs une certaine ironie concernant les emplois familiaux de Fillon en tant que parlementaire. En Suisse, cela n’aurait donné lieu à aucun débat. Un parlementaire helvète n’a en effet aucun compte à rendre sur les 33 000 francs annuels mis à sa disposition. Il peut engager un assistant parlementaire, donner l’argent à sa femme ou claquer les pépètes au casino.

5/ Ils se rassurent sur sur leur propre système

Autant les Suisses francophones suivent avec passion la présidentielle française, autant ils seraient peu nombreux à vouloir adopter un tel système. Le côté «monarchie présidentielle» amuse et rebute. La Suisse se méfie comme la peste des «hommes forts». Elle a même coupé la tête à son tribun Blocher, qui avait réussi à se hisser dans le gouvernement. Institutionnellement, la Suisse fait tout pour morceler le pouvoir. Elle le répartit entre les communes, les cantons et la Confédération. Les cantons, par exemple, disposent de prérogatives importantes en matière de sécurité, de formation ou d’impôts contrairement à la France. Il y a donc en Suisse une fascination-répulsion particulière à suivre qui sera le prochain «roi» de France.

6/ Ils sont peut-être Français…

Il y a enfin des Suisses particulièrement motivés à suivre les élections françaises. Normal, ils ont aussi le passeport français! On dénombre environ 80 000 binationaux. Il faut dire que la Suisse compte la plus importante communauté française de l’étranger. L’ambassade de France à Berne recense environ 160 000 français déclarés et 40 000 non inscrits. (TDG)

Créé: 21.04.2017, 21h00

Articles en relation

Pour qui voteraient les élus suisses à la présidence française?

Elections françaises Les parlementaires helvétiques se montrent très critiques sur les candidats proposés et sur un système politique hexagonal qui craque de partout. Plus...

Les élus suisses jugent la France dans un état décadent

Elections françaises Macron est qualifié «d’ectoplasme» ou de «valise vide». Fillon émerge comme le choix par défaut en dépit de ses casseroles. Plus...

Six centres de vote pour les Français de Genève

Présidentielle française Dimanche, les électeurs français résidant dans le canton se rendront aux urnes. Des mesures de sécurité particulières sont prévues par la police. Plus...

Les Français d’ici vont-ils détrôner Fillon?

Election présidentielle Le vote des Français de Suisse était jusqu’ici acquis à la droite. Emmanuel Macron peut créer la surprise. Plus...

Le tiercé gagnant pour la présidentielle française

Analyse Les Français vont voter en majorité à droite. Mais le premier tour sera disputé entre Fillon, Macron, Le Pen et Mélenchon. Revue des chances de chacun. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...