Les Suisses de l'étranger pour le vote électronique

Cinquième SuisseLe Conseil des Suisses de l'étranger (CSE) demande que «le vote électronique soit accessible à tous les Suisses de l'étranger d’ici à 2021».

Le Conseil des Suisses de l'étranger (CSE) se réunit en séance deux fois par année en Suisse.

Le Conseil des Suisses de l'étranger (CSE) se réunit en séance deux fois par année en Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil des Suisses de l'étranger (CSE), réuni vendredi à Viège (VS), a décidé de lancer une pétition en ligne pour exiger le vote électronique. Il a réagi aux récentes attaques contre ce moyen de se prononcer.

Il s'agit pour le CSE d'assurer le développement de ce canal de vote, le seul à garantir aux Suisses de l'étranger l’accès à leurs droits démocratiques en tant que citoyens helvétiques. «Adressée au Conseil fédéral et au Parlement, cette pétition demande que le vote électronique soit accessible à tous les Suisses de l'étranger d’ici à 2021» précise un communiqué du CSE.

Au 4 mars dernier, 172'100 Suisses de l’étranger étaient inscrits sur un registre électoral, soit l'équivalent du corps électoral de Thurgovie. Les Suisses de l'étranger ont le droit de participer aux votations et d'élire leurs représentants sous la Coupole fédérale.

La pétition sera remise le 30 novembre 2018 à un représentant de la Chancellerie fédérale.

Initiative sur l'autodétermination

Le CSE a également appelé à rejeter l'initiative de l'UDC sur l'autodétermination, soumise au vote le 25 novembre prochain. Elle concerne également les membres de la cinquième Suisse.

«Les Suisses de l’étranger sont les premiers à ressentir les changements dans les relations qu’entretient la Suisse au niveau international et à en subir les conséquences», selon le CSE.

Etude sur les assurances-maladie

Début 2018, l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) a lancé un appel afin de regrouper les problèmes récurrents auxquels sont confrontés les expatriés concernant les assurances-maladie. Dans la plupart des cas, ceux-ci ne peuvent rester assurés en Suisse, et ils éprouvent des difficultés à conclure une assurance privée.

Le CSE souhaite par conséquent qu’une étude approfondie, chiffres à l’appui, soit effectuée pour déterminer les actions à entreprendre au niveau politique.

Reconnus par les autorités fédérales comme porte-parole officiel des Suisses de l’étranger, les 140 délégués du CSE se réunissent deux fois par année dans la perspective de défendre au mieux les intérêts des 750'000 Suisses de l’étranger. (ats/nxp)

Créé: 10.08.2018, 17h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...