Passer au contenu principal

Votation du 9 févrierLe droit de vote à 16 ans ne passe pas à Neuchâtel

Les citoyens ont refusé dimanche d'abaisser la majorité civique à 16 ans, ce qui aurait été une première en Suisse romande.

Les jeunes Neuchâtelois ne seront pas les premiers Romands à pouvoir voter à partir de 16 ans.
Les jeunes Neuchâtelois ne seront pas les premiers Romands à pouvoir voter à partir de 16 ans.
Keystone

Les jeunes Neuchâtelois ne pourront pas voter dès l'âge de 16 ans. Les citoyens ont refusé dimanche d'abaisser la majorité civique, ce qui aurait représenté une première en Suisse romande. Glaris a fait le pas depuis 2007.

La population s'est opposée à l'abaissement de la majorité civique à 58,52%. Les non atteignent 27'986 et les oui 19'835. Le taux de participation se monte à 35,22%. Seule la ville de Neuchâtel a approuvé le vote à 16 ans, mais de justesse avec 50,85% des suffrages.

Ce refus neuchâtelois pourrait freiner les ardeurs des cantons de Vaud, Genève, du Valais et de Zurich où des projets sont en cours pour offrir le droit de vote à 16 ans. Une initiative parlementaire a aussi été déposée à fin janvier dans le Jura.

Le comité d'initiative relève le bon côté de ce résultat. «Jamais en Suisse une votation populaire n'a débouché sur un si bon score pour le droit de vote à 16 ans! Alors que dans des cantons comme Berne et Bâle, la population avait refusé le projet à plus de 70%, plus de 40% des Neuchâteloises et Neuchâtelois ont soutenu l’initiative», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Envie des jeunes

«En comparaison intercantonale, Neuchâtel a une nouvelle fois démontré son progressisme et son ouverture», ont ajouté les initiants, même si les projets sociétaux prennent toujours du temps à aboutir. Le comité d'initiative observe que les jeunes ont montré durant la campagne leur envie de décider de leur avenir. «Il est nécessaire de trouver les outils adéquats pour les écouter et les considérer».

De leur côté, les opposants au droit de vote à 16 ans «éprouvent une grande satisfaction. On sait que la population neuchâteloise peut se montrer très progressiste en matière de droits civiques, mais on a vu qu'elle peut se montrer aussi très raisonnable, en voulant conserver un système cohérent avec une majorité pénale, civile et civique à 18 ans», a déclaré à Keystone-ATS Béatrice Haeny, présidente du groupe PLR au Grand Conseil.

Le PLR et l'UDC étaient opposés à l'abaissement de la majorité civique. Le droit de vote à 16 ans était soutenu par la majorité du Grand Conseil, le Conseil d'Etat, les socialistes, les Verts et les Vert'libéraux.

Seulement Glaris

A la suite du refus neuchâtelois, Glaris reste le seul en Suisse à offrir le droit de vote à 16 ans. Le canton de Suisse orientale, victime d'exode de ses jeunes, avait choisi en 2007 de donner un signal à sa jeunesse pour l'inciter à y rester.

Dans d'autres pays, une dizaine en Europe, dont l'Autriche, le vote dès 16 ans est possible. Dans ce dernier pays, cela a permis d'augmenter la participation.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.